Alex BBH en playlist

Kerguelen ExileÉcrit dans l’urgence au moment de concevoir le deuxième album de BBH, Kerguelen voit Alex investir des sonorités, des ambiances atmosphériques et urbaines, le tout en français. Une bonne occasion pour enfin demander au compositeur sa playlist idéale.

Ismael Lô – Baol Baol
Un titre que j’ai écouté en boucle ! Pour son rythme et ses mises en places. Et le changement à 3’00 me rend tellement heureux, c’est juste atomique.

JS Bach – Toccatas et fugue en Dm
Un des premiers chocs musicaux de mon enfance.

WA Mozart – L’air de la reine de la nuit
Autre choc musical venant de l’enfance. Je me revois môme mettant le disque à fond sur les enceintes de mon père, il y a une énergie hallucinante !

Benjamin Biolay – Nuits blanches
Biolay est un des meilleurs auteurs compositeurs francophones actuels. Particulièrement impressionnant comme auteur.

Gary Numan / Tubeaway Army – Are friends electric ? (Renegade Soundwave Remix)
Je ne connais rien de ce groupe ou artiste, mais ce titre contient des riffs de synthé très bons.

Odessey & Oracle – The Unicorn
Si je ne dis pas de bêtises, il me semble qu’il viennent de sortir un nouvel album. Je n’ai pas encore eu le temps de l’écouter, mais ce titre extrait de leur premier reste dans la playlist des titres que j’aime réécouter régulièrement. La qualité de l’écriture musicale est incroyable.

Guns N’ Roses – Welcome To The Jungle
Un des groupes phares de mon adolescence. A chaque fois que je le site comme référence, j’espère secrètement que ça fera hurler quelqu’un qui trouve que c’est un groupe de merde qui n’a pas sa place dans l’histoire du rock. Ils avaient tout pour devenir un grand groupe et l’album Appetite for destruction est vraiment excellent.

The Low Anthem – To Ohio
Sublime. J’aime ce morceau pour sa simplicité, sa sobriété, son évidente beauté. Il me rappelle aussi que la folk fait partie de mes racines. J’ai été nourri au biberon de musique irlandaise et de folk US.

Taj Mahal – Mind your own business
Un CD trouvé par hasard dans une brocante quand j’avais 20 ans et que j’ai usé jusqu’à la moelle. Ce morceau, reprise de la chanson d’Hank Williams, est particulièrement réjouissant.

Rabih Gebeile – 8
Découverte récente, l’album Murmuration est sorti il y a peu de temps. Voilà un artiste qui sort quasiment de nulle part et livre un album personnel rempli de trouvailles intelligentes, radical. J’aime les gens qui osent se dévoiler sans prendre la pose pour faire joli.

Loïc Lantoine – Je cours
Une voix, une contrebasse, une écriture. C’est un des morceaux les plus puissants que je connaisse en français. Je serai malade pour toujours de ne pas l’avoir écrit.

ichliebelove – Variable Stars
J’adore ce titre. J’en ai fait mon réveil matin pendant un bon moment. Tout l’album est bon et je reste complètement interdit quand je vois que ce titre n’arrive même pas à 100 vues sur youtube. C’est riche, les sons de synthé sont chauds et puissants, ça prend aux tripes, mais qu’est-ce que vous attendez les gens ?

Jonathan Jeremiah – Wild Fire
J’ai écouté ce morceau pendant un road trip entre le Périgord et la Côté d’Azur. Il m’en reste un vent de liberté, des fenêtres ouvertes et des senteurs du Sud qui rentrent dans la voiture, des montagnes et des gorges, des routes qui tournent et des camions qu’on arrive pas à doubler, un café à la terrasse d’un bistrot perdu avec une vue imprenable et le soleil qui ne cesse de descendre dans le rétroviseur central. La musique a le même effet que la madeleine de Proust.

Todd Terje – Alfonso Muskedunder
Il y a une folie jouissive dans ce titre. Pour sa signature rythmique (7/8) dans un monde ou le 4/4 règne en maître absolu, pour l’énergie, la virtuosité, l’élégance légèrement désuète… j’adore !

Clara Moto – How we live in each other
Le morceau qui ouvre l’excellent Blue distance. J’aime les artistes qui savent faire monter un morceau avec autant de douceur et de précision. Et au moment où le beat rentre, c’est beau, fort, libérateur.

Molecule – Abysses
L’album a été créé dans un chalutier sur la Mer du Nord. Il est hanté par les bruits des machines, par l’ambiance, la solitude de l’homme perdu au milieu des mers froides

Theophilus London – Can’t stop
Excellent morceau d’un artiste dont je ne connais qu’un album. Featuring de Kanye West (qui sait bien être à la hauteur de lui-même). Ça aurait dû être un immense tube dans son genre. Tout l’album est excellent, un hip-hop qui voit large, surfe sur les influences avec classe et intelligence.

Ecrits aussi par Jean Thooris

Une photo Johnny

C’était quand même un jour redouté par tous, depuis l’aube des temps :...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *