Bernard Fèvre : c’était déjà demain

Bernard FèvreLe précurseur Bernard Fèvre est dorénavant sur tous les fronts. Hier, les rééditions de ses trois albums séminaux (Suspense, Cosmos 2043 et surtout Disco Club) – conçus entre 75 et 78 mais toujours aussi intemporels – montraient clairement que le Black Devil Disco Club possédait au moins trente années d’avance en matière de sonorités électroniques. Et encore : aujourd’hui, un disque tel que Disco Club s’écoute avec stupéfaction – si le prochain Primal Scream pouvait ressembler à ceci, on tiendrait le chef-d’œuvre de l’année 2017 (ou 2030).

Du coup, acclamé et reconnu pour ce qu’il est (un maître), Bernard Fèvre dévoile les inédits. Orbit Ceremony, disque perdu datant de 77, est ressorti en début du mois de septembre. Et le 1er novembre, le remix de « Time Forget The Timing » par Luke Vibert s’offrira une nouvelle vie (sur Alter K) – remasterisé par Bernard himself.

Ce morceau, écrit en 78, fut donc réinvesti de la patte Vibert, en 2004, sous l’appellatif Kerrier District (et pour le label Rephlex, pas moins). Une anomalie électronique (uniquement disponible en vinyl bootleg, à l’époque) qui devrait, lors de sa réédition, définitivement confirmer le culte Black Devil. Car avec Bernard Fèvre, rarement la frontière séparant 1978 de 2016 n’avait semblé si poreuse. Inventeur génie.

En concert le 25/11 à Paris (Badaboum).

More from Jean Thooris

[Chanson culte #4] – Don’t You (Forget About Me), quand Simple Minds devient populaire

Don’t You (Forget About Me), enregistré en 1984, est tout autant une...
Lire l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *