Chris Cohen / As If Apart
[Captured Tracks / Differ-Ant]

Chris Cohen - As If ApartPlay et flashback. Des images auréolées ressurgissent : l’insouciance des heures passées à disserter, assis sur un banc et l’œil aux aguets au passage d’une jeune fille. Des heures dans les transports en commun à tenter de rattraper avant les partiels le retard accumulé. Des escapades dans un coin perdu de la Sarthe, entre amis, à jouer au poker jusqu’au bout de la nuit et prendre l’apéro en terrasse. Des pages de cahier remplies pour évacuer des pensées troubles et troublantes au coucher du soleil. Des dizaines de lettres échangées avec une correspondante lointaine. Des rêves, des doutes, des espoirs, des émotions intenses, des amours et des ruptures.
Et toujours de la musique. A toute heure, en toute circonstance.

Des disques comme ceux que signe aujourd’hui Chris Cohen. Des chansons qui permettent à chacun de s’y projeter, d’y retrouver l’écho à ses états d’âmes, à ses envies et ses peurs.
Le type est manifestement un garçon sympathique, qui ne se la raconte pas et bafoue les poses artistiques. Une casquette visée sur la tête, un tee-shirt informe sur les épaules et un sourire en bandoulière. Chris Cohen est à l’image de ses chansons (ce qui est bien rare) : ouvert, sain, chaleureux, avenant, rêveur, passionnant et surprenant. As If Apart (Captured Tracks) s’inscrit en cela dans la droite lignée de son successeur, le fort réussi d’Overgrown Path (2012). Si ses chansons dégagent une évidence mélodique, elles suivent pourtant un cheminement complexe – ce qui les prémuni de la lassitude. Un refrain ne vient pas, un couplet file là où on ne l’attendait pas, un fade-out suspens une ascension d’arpèges. Le tout sur un ton feutré, doucereux tout juste perturbé par une batterie marquée. L’Américain maîtrise à merveille le lâcher prise en douceur : le grand saut avec un grand sourire rassurant. D’ailleurs, de prime abord, ce second album en solitaire (après les aventures en groupe avec Cryptacize, Deerhoof, The Curtains, etc.) semble moins percutant et immédiat que son prédécesseur : il se révèle pourtant plus insidieux et subversif sur la longueur. Un disque à écouter maintenant et demain, en toute heure, en toute circonstance.

Tracklist
01. Torrey Pine
02. As if Apart
03. Drink From a Silver Cup
04. Memory
05. In a Fable
06. Needle and Thread
07. The Lender
08. Sun Has Gone Away
09. No Plan
10. Yesterdays on My Mind
Écouter Chris Cohen - As If Apart

Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Tout est bleu avec Wild Nothing

L’histoire d’amour avec Wild Nothing débuté avec le suranné Gemini en 2010...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *