Darkstar / Foam Island
[Warp]

Darkstar Foam IslandRares sont les groupes à faire preuve d’une telle capacité à se renouveler, à évoluer, à se transcender, à surprendre.

De prime abord, Darkstar avait tout pour devenir la tête de gondole d’une certaine scène dubstep, qu’on espérait prolixe et capable de passer à la postérité (le premier album NorthHyperdub – 2010). Puis, le duo anglais devenait trio avec l’intégration du chanteur James Buttery et avec le magicien Richard Formby aux manettes (qu’on associe à jamais au son des géniaux Hood), le propos devenait plus complexe, plus riche, plus long en bouche – News From Nowhere / Warp – 2013. Pour autant, il faut admettre qu’on n’avait pas imaginer qu’en revenant au format duo et en embauchant Lexxx à la production (Björk Florence+The Machine, Esser, Ghostpoet, Wild Beasts, etc.), Darkstar livrerait un œuvre d’une telle puissance, d’une telle portée.

Car oui, au-delà de ses qualités musicales intrinsèques, Foam Island recouvre une dimension sociale, un propos politique dévastateur. Le duo a ici intégré des bribes d’interviews, de déclarations enregistrées lors des dernières élections britanniques. Ailleurs, le groupe distille le témoignage d’anonyme de sa région d’origine. La prouesse consiste à donner à cette matière première, qui relève plus de l’approche ethnologique que de la recherche de sonorité exotique (on ne parle pas de world music), une musicalité incroyable. Et pourtant, l’instrumentation qui constitue l’ossature de Foam Island est minimale : les machines tricotent des mélodies où les notes sont plus suggérées que développées, le chant diaphane est désincarné et distant. Darkstar souligne ainsi son propos, démontrant la désociabilisation croissante de notre société. Derrière ces mélodies qui vrillent le cerveau et donnent envie de dodeliner de la tête benoîtement, il faut appréhender cette œuvre dans son ensemble (y compris l’identité visuelle du groupe, le graphisme de la pochette et les vidéos) pour en comprendre la portée – et percevoir alors à quel point Foam Island n’a rien de commun avec la pléthore de disques dont on nous abreuve quotidiennement.
On peut aussi se délecter de ces compositions malignes et subversives qui font mal aux genoux et permettent de se mettre la tête dans le sac pour oublier la réalité.
Quelque soit l’approche de l’approche, Darkstar donne avec cet album tout son sens, dans toutes ses acceptions, à un style souvent galvaudé : l’Intelligent Dance Music.

Tracklist
01. Basic Things
02. Inherent in the Fibre
03. Stoke the Fire
04. Cuts
05. Go Natural
06. A Different Kind of Struggle
07. Pin Secure
08. Through the Motions
09. Tilly’s Theme
10. Foam Island
11. Javan’s Call
12. Days Burn Blue
Ecouter Darkstar - Foam Island

Lien
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Olden Yolk abandonne le port du Quilt pour enfiler une salopette bavaroise

Souvent Trouble In Mind a eu le nez creux pour dégotter de...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *