Des loutres et des hommes : la poésie digitale selon K-Conjog

LoutreL’Italie est (avec la Belgique peut-être) l’autre pays de la techno. Longtemps bouillonnante et pas forcément classe façon Europop spécialisée dans les morceaux qui tâchent et font danser les clubs, l’électronique transalpine a aussi ses instants de finesse à l’image de Fabrizio Somma, alias K-Conjog (on n’a aucune idée de ce à quoi ce nom se réfère), qui revient ces derniers jours avec un nouvel ep, Millenial Otters, et un chouette clip signé par le designer Giuseppe Santillo. Otters signifie « loutres » en anglais.

« La loutre est un animal souvent solitaire qui possède une fourrure avec des poils qui s’emboîtent les uns dans les autres. Les petits loutrons restent avec leur mère jusqu’à l’âge de six mois. Contrairement à l’ours polaire ou au dauphin, la loutre ne dispose pas d’une épaisse couche de graisse sous la peau. C’est son pelage, composé de poils courts et longs s’emboîtant qui l’isole du froid. Une étude thermographique a montré que quand sa température augmente trop, la loutre européenne utilise plutôt ses pattes pour dissiper sa chaleur, alors que la loutre amazonienne géante utilise tout son corps et notamment sa queue ».(wikipedia)

Sans être spécialiste des travaux du bonhomme, on peut dire que ce nouveau morceau marque une orientation plus contemplative et poétique donnée à sa musique qu’on avait croisée plus tape à l’oeil et dansante. Ici, on prend le temps de travailler le motif et surtout de s’interroger sur les rapports entre l’homme et la planète. Millenial Otters ressemble à du Moderat en plus poétique. Le EP sort sur le label Schole Records qui travaille déjà avec des groupes comme Dakota Suite et Akira Kosemura, ou encore Quentin Sirjacq, des types qui ne se contentent pas d’aligner les beats mais font un travail inlassable de passeurs entre les univers de la pop, du classique, de la musique contemporaine et de l’electronica.

Tout ce travail devrait s’incarner dans un album à paraître en octobre, Magic Spooky Ears, qu’on attend donc avec une certaine curiosité. En attendant les 4 minutes post-new age de ce clip addictif et chargé en loutres (toujours un signe de qualité) nous permettent d’affronter la canicule avec courage, distance et sérénité. K-Conjog est notre bizarrerie italienne préférée du moment.

Crédit photo : pxhere.com.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Babybird en concert à Paris : un trésor britpop à redécouvrir le 28 septembre 2018

Au risque qu’il nous en veuille à mort, difficile de ne pas...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *