Francky Goes To Pointe à Pitre / Plaisir Coupable
[A Tant Rêver du Roi Records]

6.8 Note de l'auteur
6.8

Francky Goes To Pointe à Pitre - Plaisir CoupableCela aurait pu ressembler à un cauchemar : le mélange des musiques antillaises et du métal, deux genres qu’on ne consomme finalement que dans les grandes occasions, les mariages de notre famille tuyaux-de-poêle, la fête de la musique de la boîte et les orgies sataniques. Mais ça glisse comme une banane dans un gant de four, comme une mangue dans un slip trop mûr. Plaisir Coupable est un bon album, surprenant, génial sur son concept, celui donc de métisser les musiques antillaises, le zouk, ces machins insupportablement érotiques et joyeux, et des guitares assassines, lourdes comme du plomb et sévères comme le granit. Francky Goes To Pointe à Pitre s’amuse, nous fait marrer et en même temps souligne la plasticité des deux genres qu’il explore en les fusionnant. On connaissait jadis l’alliance du hip-hop et du metal, mais il fallait oser celle-ci. C’est ce que font les trois membres du groupe, parmi lesquels on trouve un membre de Pneu et le métalleux Mr Protector. On ne connaissait pas le dernier acolyte Luis Francesco Arena mais l’erreur est réparée désormais. Pierre-Louis François, Jérôme Vassereau et David Escouvois selon leurs noms véritables. Il faudra compter avec ces types et les remercier quand on pourra écouter de la musique décente et supportable en bouffant des acras de morue plutôt que de fantasmer sur Joëlle Ursull.

Plaisir Coupable démarre en fanfare avec un titre éponyme à l’image du disque : gonflé et passionnant. La structure du morceau change les rythmiques antillaises en un précipité math rock jouissif qui permet d’en décortiquer la structure et d’en souligner la modernité. Cela dure comme cela pendant plus de trois minutes et c’est remarquablement bien fait. Dans un registre plus bruitiste, les deux morceaux qui suivent ne sont pas mal non plus. Cette fois la structure repose plus sur les guitares et un metal adorable tendance progressif contaminé par une agitation antillaise. Au final, avec Kazikunu (quasi cul nul, pour ceux qui ne comprennent pas les titres hilarants) et Misou Mizou (hommage sans doute au célèbre pétomane), c’est Mogwai qui frise l’overdose de Ti Punch, pour quelque chose d’aussi fascinant que.. bizarre. La balade se poursuit de titre en titre, strictement instrumentale, avec des morceaux plus musclés et d’autres qui baillent sous les cocotiers. Francky Goes To Pointe à Pitre sait être léger et presque bucolique sur Cameroun Diaz, le meilleur morceau de l’album, ou plus offensif avec, par exemple, le plus rude A10 ça glisse. On s’amusera aussi de la science des titres hilarants qui ajoute à l’allégresse générale, pour saluer l’ambition relative mais chaleureuse du disque. On a un faible pour Accélérateur de Party Cool, le titre qui referme l’album dont on ne s’est pas remis.

Passée la surprise initiale, on se prend à réécouter la chose avec le plus grand naturel et sans lassitude, preuve que le pari est gagné. Il s’agit d’un vrai disque et pas seulement d’une pochade à partager une ou deux fois avec son cercle d’amis. La formule ne présente toutefois pas des promesses illimitées et il est bien que l’album ne compte que dix pièces, et qu’aucun des morceaux n’émarge au de-là des quatre minutes. C’est probablement la limite de l’exercice, et ce même reproche qu’on fait au math rock depuis l’origine, on n’est pas convaincu que cette musique, au delà de sa technicité, exprime quelque chose de bien déterminé, de sensible et signifiant. Plaisir Coupable oui sans conteste mais plaisir renouvelé, c’est à voir. On y retournera quand on aura fini notre sieste. Ca va durer.

Tracklist
01. Plaisir coupable
02. Kazikunu
03. Misou Mizou
04. Espace Tropical
05. Cross Fade Jacob
06. Yannick Quinoa
07. Cameroun Diaz
08. Maxime Mbourré
09. A10 ça glisse
10. Accélérateur de Party Cool
Ecouter Francky Goes To Pointe à Pitre - Plaisir Coupable

Liens
Ecrits aussi par Benjamin Berton

[Chanson Culte #24] – Beautiful Freak de Eels : quand l’émotion renverse le rock indé

S’il y a une figure centrale qui permet d’identifier la singularité poétique...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *