Gontard! rend hommage à Jean-Luc Le Ténia

Gontard! - Mausolée TapeSon ombre plane sur la ville. Jean-Luc Le Ténia est à la fois un héros local et un loser pas vraiment magnifique. Un mec capable de monter sur scène et de vociférer des trucs hyper personnels et intimes avec un air goguenard. Capable de faire chialer et/ou d’insupporter.

Lorsque sa mémoire est saluée discrètement au détour d’une conversation, les regards partent en coin, les phrases restent souvent suspendues en l’air. Parce qu’on a tous croisé Jean-Luc, un type timide à l’allure banale mais qu’on ne pouvait pas rater dans les rues du Mans, dans cette ville qui constitue toujours la toile de fond de ses chansons. Parce qu’on l’a forcément vu sur scène, dans une sorte de transe le métamorphosant en punk crachant sa frustration. Il en ressort un certain sentiment de culpabilité dont on n’arrive pas à se défaire. Juste parce qu’on ne lui a pas parlé de sa propre musique, quand il nous a fait un sourire complice à la médiathèque locale où il travaillait en nous voyant avec certains disques en main.

Quand il s’est flingué, il nous a laissé des monceaux de chansons mal fagotées, enregistrées sur l’instant sans s’y reprendre à deux fois, exutoire à son mal-être et sa solitude, saisissant l’ambiance de la ville… une ville où chacun reste chez soi, préférant épier son voisin le soir venu plutôt que de lui adresser la parole au grand jour. Jean-Luc Le Ténia n’aurait probablement pas pu exister ailleurs (L’Âme Du Mans) et en même temps, on a l’impression que cette ville l’a tué (lI Faut Que Je Parte Du Mans, chantait-t-il).

Il fallait probablement que ce soit quelqu’un qui ne soit pas d’ici pour oser s’affranchir de ce truc non-dit et larvé. Et toucher à l’icône. Il faut donc remercier Gontard! et l’aide de la structure activiste La Souterraine.

Le singulier chanteur-poète-musicien-agitateur-prophète masqué reprend quatorze chansons de Le Ténia, en en conservant la spontanéité et la maladresse. Il saisit tout ce qui faisait le talent de Le Ténia en livrant des versions musicalement très différentes des originaux qui se résument quasi exclusivement au chant sans le moindre filtre et une guitare sèche tendue comme un arc. Gontard! emmène ces chansons ailleurs et permet de les appréhender autrement. Il en souligne ainsi la portée en faisant le petit pas de côté nécessaire pour évacuer le pathos. Mausolée Tape est pour tout cela un très bel hommage.


Mots-clés de cet article
, ,
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

En écoute : Your True Name, nouveau titre de The Radio Dept.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Suédois de The...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *