Grand Blanc déclare sa flamme à Belleville

Grand Blanc ©Boris Camaca

Grand Blanc semble vouloir aligner les tubes. Après un Ailleurs élégant et romantique porté par Camille Delvecchio et paru en février, le quatuor livre son ode à Belleville, quartier du 20e arrondissement de Paris dans le quel il a élu domicile.

Cette fois c’est le timbre vif de Benoit David qui dirige ce single très catchy et déclaratif. Belleville est un hit imparable, la chanson idéale pour dévaler à toute berzingue la colline parisienne sur une planche à rouettes.

C’est d’ailleurs un spécialiste de la scène skate, Ludovic Azémar, qu’est allé cherché le groupe pour mettre en image la chanson.

Grand Blanc poursuit sa tournée avec Indochine et sera en concert au Point Éphémère le 21 avril pour le Disquaire Day (sur scène à 23h). Le concert sera gratuit. Pour l’occasion le groupe proposera un 45T d’Ailleurs.

Crédit photo : Grand Blanc par ©Boris Camaca

Paroles de la chanson
Belleville Belleville Belleville
Grand jardin d’Eden belvédère fébrile
Belleville Belleville Belleville

Belleville Belleville Belleville
Heureusement tu es belle car tu es vile
Sous tes airs calmes et tranquilles
Belleville Belleville Belleville

Et tu donnes l’amour
De ceux qui n’ont pas d’amour
À ceux qui n’ont plus d’amour
Et moi j’ai besoin d’amour (Bis)

Oh Belleville Belleville Belleville
Heureusement tu es belle car tu es ville
Et ces temps-ci tu n’es guère civile
Tant de langues s’emmêlent
La vie facile n’est pas si facile
Tirer des ficelles tenir à un /fil D’étain à une étincelle
A une paillette autour des yeux
Et des statues de sel
Qui se vendent à des croisements
Qui se vendent à l’amour
Qui se vendent à des croisades
Et qui se vendent au carrefour

Tu donnes l’amour de ceux qui n’ont pas d’amour à ceux qui n’ont plus d’amour et moi j’ai besoin d’amour

Oh Belleville Belleville Belleville
Grand jardin d’Eden belvédère fébrile
Belleville Belleville Belleville

Oh Belleville Belleville Belleville
Tu as la vie devant toi et moi je n’ai que toi qui n’es qu’une putain de ville
Putain de ville lumière brillant de mille feux de mille éclairs
De millions d’ampoules fragiles
De fils d’étain
D’étincelles
Et de paillettes autour des yeux
Des statues de sel
Et aujourd’hui est un grand jour comme tous les jours
Parce qu’à Belleville on trompe la mort même si on vend l’amour

Et tu donnes l’amour
De ceux qui n’ont pas d’amour
À ceux qui n’ont plus d’amour
Et moi j’ai besoin d’amour

Lien
Mots-clés de cet article
Ecrits aussi par David B

Aquaserge met le cap sur Ferré

Léo Ferré, poète et anar à crinière blanche disparu il y a...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *