Mansfield.TYA / Corpo Inferno
[Vicious Circle / L’autre Distribution]

Mansfield.TYA - Corpo InfernoLe virage opéré avec NYX en 2011 se poursuit avec brio sur Corpo Inferno. Les deux filles de Mansfield.TYA semblent même avoir définitivement abandonné les routes empruntées par tout un chacun, pour suivre désormais des petits chemins privés au bord de falaises escarpées, qu’elles seules ont l’air de connaitre. C’est risqué, mais ça semble valoir le coup !

Ce qui est vrai pour la musique l’est aussi pour le discours. Dès l’entrée dans ce nouvel album, on est frappé d’entendre que la liberté de ton, de fond – déjà présente sur le précédent disque – est toujours totale, voire même accrue. On assiste ainsi à l’affranchissement de toute forme ou de tout style connus actuellement : qui peut prétendre proposer une musique et un discours aussi libre en 2015 ?

Alors, même si les influences semblent nombreuses (on entend ici et là Laurie Anderson, Arvo Part, Depeche Mode ou le Nine Inch Nails des débuts, pour ceux qui nous frappent le plus), Julia Lanoë et Carla Pallone écrivent comment personne d’autre en France. Et ce qui semble au premier abord parfois écrit sur un ticket de métro se révèle finalement précis, ciselé et parfaitement maitrisé. Idem côté musique quand on voit que derrière l’aspect foutraque de certaines compositions se cache finalement une véritable économie d’écriture assumée, presque comme un parti pris, un manifeste pertinent. Le travail vocal est également impressionnant, tout en retenue. Les références à des styles d’écriture plus anciens viennent conforter ce sentiment et l’alliance à des sonorités modernes et électroniques brouille les pistes (les correspondances d’amour épistolaire impossible, l’emprunt réussi à Victor Hugo).

Malgré ses nombreuses ambiances, ses différentes couches de compositions sonores, l’album s’écoute comme une œuvre unique traversée par des tubes dancefloor alcoolisés (Bleu Lagon), de sombres constats désabusés (La Fin Du Monde), quelques réminiscences des précédents disques (Le monde du silence, proche des mélodies de Dominique A), des ruptures annoncées avec classe (Jamais Jamais) et des essais arty (La Nuit Tombe, final ahurissant de l’album).

Même quand il s’essaie à l’anglais (en compagnie de la sublime Shannon Wright sur Loup Noir) ou décide d’écrire une chanson sur Le Dictionnaire Larousse (le chef d’œuvre du disque), le groupe Mansfield.TYA s’en sort sans se casser la gueule, sans se prendre les pieds dans les fils et sans même frôler le ridicule, là où tout le monde aurait justement failli.

Tout ça tient vraiment du petit miracle et fait de Corpo Inferno le disque le plus excitant entendu en France cette année. Un disque postmoderne qu’on va chérir très longtemps.

Tracklisting
01. Bleu Lagon
02. BB
03. Gilbert de Clerc
04. Jamais jamais
05. Sodome & Gomorrhe
06. Les Contemplations
07. La fin des temps
08. Der Tod und das Mädchen
09. Loup noir (with Shannon Wright)
10. Palais noir
11. Fréquences
12. Le monde du silence
13. Le dictionnaire Larousse
14. La nuit tombe
Ecouter Mansfield.TYA - Corpo Inferno

Liens
Le site de Mansfield.TYA
Mansfield.TYA sur FaceBook
Mots-clés de cet article
,
Ecrits aussi par matthieu malon

Suuns – Hold / Still
[Secretly Canadian / Differ-Ant]

Pas d’autres solutions que le track by track pour parler d’un disque...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *