Marika Hackman se réveille et troque sa six corde acoustique contre un combo électrique

Marika Hackman par Steve GullickSouffrant actuellement d’insomnie, certainement liée aux influences néfastes de la pleine lune, nos nuits sont longues, et pour beaucoup d’entre nous Internet et sa mine d’informations peut venir combler nos longues heures d’agitation. En l’occurrence Youtube me dirige vers le titre extrait de l’album à venir de Marika Hackman et son nouveau groupe (de filles) s’appelant … The Big Moon ! Quelle synchronicité ! A la bonne heure ! Je ne vais enfin plus les voir défiler en m’immergeant dans la rédaction de ce billet. Ainsi, la jeune chanteuse, après avoir consacré son premier disque, We Slept at Last, a des ballades folk faisant l’éloge de la lenteur et du repos après seulement deux décennies et quelques brouettes apparemment harassantes passées sur Terre, repart gonflée à bloc dans une autre direction à savoir celle du combo pop-rock… Quoi ? De la guitare électrique et une attitude provocante ? Marika a osé défier la gent masculine en faisant figurer sur son clip un concombre découpé en rondelles !… Succube, sorcière ! Telle un Bob Dylan qui en son temps a dû aussi essuyer les reproches des puristes ne voyant que par la six cordes acoustique, et criant au blasphème devant les vociférations distordues des amplis Marshall et autres lamentations de pédales Crybaby. « The Times They Are A Changin’ » chantait comme une prophétie en 1969 Robert Zimmerman ; en voici un extrait  qui peut résumer assez bien la dualité ou complémentarité entre la musique folk et rock : « The slow one now will later be fast »… Nous ne sommes plus dans les années 60, 70, mais dans une période encore plus confuse, sans le Vietnam mais avec Daech, et moult autres périls qui légitimeraient un engagement, une profonde rébellion de la jeunesse à l’image du mouvement hippie des années 70. On s’en approche comme le prouve entre autre la production musicale actuelle de masse mais de façon moins radicale, empreinte d’une certaine résignation. Mais revenons à nos moutons (n’essayez pas de les compter pour trouver le sommeil, ça ne marche pas) ;  la jeune musicienne sort donc un second album intitulé « I’m not your man » sur le label Sub Pop début juin 2017 ; Les titres Boyfriend et My Lover Cindy en avant-première annoncent un disque beaucoup moins crépusculaire, plus rythmé, plus léger, toujours avec des mélodies vocales recherchées, portées par une voix au timbre clair, avec une élocution raffinée se rapprochant de la chanteuse Suzan Vega par exemple. Marika, en plus d’être une talentueuse chanteuse, fait preuve d’un très bon savoir-faire en termes de créativité guitaristique, ce qui laisse présager une entrée lumineuse dans le cercle assez fermé pop-rock indé.

Marika Hackman – Boyfriend

Tracklist
01. Boyfriend
02. Good Intentions
03. Gina’s World
04. My Lover Cindy
05. Round We Go
06. Violet
07. Cigarette
08. Time’s Been Reckless
09. Apple Tree
10. So Long
11. Eastbound Train
12. Blahblahblah
13. I’d Rather Be With Them
Liens
Mots-clés de cet article
,
Ecrit par
Ecrits aussi par Nils Arrec

J. Bernardt / Running Days
[PIAS]

Le RnB contemporain, qui n’a pas grand-chose à voir avec le Rythm...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *