Même avec un ukulélé Lou Barlow nous fait chialer

Lou Barlow - Apocalypse FetishLes fans (les plus) hardcore le savent peut-être déjà : en 1987, sur le deuxième album de Dinosaur Jr., You’re Living All Over Me, le dernier morceau baptisé Poledo est une composition de Lou Barlow composée sur un ukulélé. Cela relève vraiment de l’anecdote et on était loin d’imaginer que depuis ce temps là, notre looser magnifique préféré persévérait pour trouver la bonne façon d’accorder l’instrument exotique dont il s’est entiché. Un sourire goguenard se dessine même quand on imagine Lou Barlow en chemise hawaïenne et en short en train d’essayer de monter des cordes de basse sur sa guitare miniature… On rigole moins lorsqu’on apprend que la suite de Brace The Wave, son superbe dernier album (Domino – 2015) prend la forme d’un EP cinq titres, joués … au ukulélé. Mais ça nous apprendra à lire le baratin promo avant de lancer l’écoute.

Parce que ce qu’il faut surtout et avant tout retenir à l’écoute de The Breeze, c’est qu’il s’agit tout simplement de l’une des toutes meilleures chansons que Barlow n’ait jamais écrit, toute formation confondue (en solo, avec Sebadoh, Sentridoh ou encore The Folk Implosion). Le genre de chanson qui étreignent le cœur lorsque la voix n’est pas loin de s’étrangler dans la gorge, font vaciller au détour d’une note juste au dessous de la précédente, et galvanisent l’instant d’après par leur puissance mélodique chargée d’espoir, qu’on écoute encore et encore sans parvenir à s’en dégoûter. Dans le simple dépouillement voix-guitare (enfin, pardon, ukulélé), Barlow claque un classique sur lequel l’usure du temps n’a pas de prise, au-delà des modes et des genres.

Les quatre autres chansons enregistrées par le fidèle Justin Pizzoferrato sont du même acabit – exception faite de Try To B, qui tombe un peu à plat – notamment Apocalypse Fetish qui pose une vision désabusée sur l’évolution du monde et Pour Reward qui érige la désolation en état de grâce.

Apocalypse Fetish EP, avec une pochette très moche, sortira le 28 octobre 2016 sur Domino, en CD, vinyle 10″ et évidemment digital.

Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Exploded View remet le couvert

Pour satisfaire notre impatience dans l’attente du successeur d’un premier album formidable...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *