Raoul Vignal en playlist

Raoul Vignal par Anne-Laure EtienneHabitué à porter son regard vers l’Est, cette fois-ci le label bordelais Talitres a arrêté sa quête bien avant que ne se dessinent sur l’horizon les sommets de l’Oural, puisque c’est à Lyon qu’est basé Raoul Vignal, responsable d’un premier album immaculé, The Silver Veil, paru ce mois d’avril 2017 (en écoute ci-dessous). Le jeune homme enchante et épate avec un disque qu’on écoutera dans le confort du salon ou en voiture, que ce soit seul au volant d’une Clio fatiguée ou sur la banquette arrière d’une Passat familiale. Pour mieux appréhender son amour pour le beau jeu de guitare, les notes suspendues et les mélodies soyeuses, Raoul Vignal lève le voile au fil d’une playlist commentée. Cette sélection d’une quinzaine de morceaux hétéroclites est probablement l’une des plus belles que nous ayons publié pour faire des découvertes, s’ouvrir sur d’autres styles, d’autres époques, d’autres artistes.

Crédit photo : Anne-Laure Etienne

Lightnin’ Hopkins – Mojo Hand
Je choisis ce morceau parce qu’on y trouve le meilleur solo de guitare qui soit ! Avant d’écrire des chansons dans une veine folk, j’ai commencé mon projet solo en 2010 avec un répertoire qui penchait clairement du côté du blues. Je me suis lancé seul après avoir passé une année à écouter énormément John Lee Hooker, Blind Willie Johnson, Mississippi John Hurt… et Lightnin’ Hopkins, qui est à mes yeux et mes oreilles le musicien le plus cool de la planète blues.

Low – Shame
L’album Long Division a eu une influence importante sur ma manière de composer, et de chanter. La profondeur des accords, la simplicité des mélodies, la charge émotionnelle… Ce n’est pas l’album le plus gai qui soit, c’est sûr, mais il m’a fait beaucoup de bien.
Low en concert à l’Épicerie Moderne, (en 2011 il me semble), c’était une grande claque ! Un des meilleurs concerts auxquels j’ai pu assister.

John Martyn – Head and Heart
Çane fait pas très longtemps que je me suis mis à John Martyn. Head and Heart, c’est le morceau qui m’a donné envie de creuser sa discographie. Il a écrit des ballades d’une beauté incroyable. On passera sur ses immenses talents de guitariste et de chanteur. Et surtout, dans un documentaire qui lui est dédié, Johnny Too Bad, on peut lire ceci : « In summer 2002, John had a head-on collision with a cow on a country road. The cow died ». Ouais.

The Troggs – I Can’t Control Myself
Cette chanson est un des plus vieux souvenirs musicaux que j’ai. Je l’écoutais sur une compil 60’s qui appartenait à mon père. Dès que le morceau commençait, « oooh nooooo! », je devenais dingue à m’en rouler par terre… j’étais un enfant plutôt nerveux alors, et me prendre The Troggs en pleine poire c’était génial, même si je ne connaissais rien à rien en musique. Je réécoute ce titre très souvent, mais je ne me roule plus trop par terre, j’ai fait des efforts depuis.

Sunil Ganguly – Hamen Tumse Pyar Kitna
En 2013, lorsque j’ai découvert l’excellente compilation Bollywood Steel Guitar, sortie sur le label Sublime Frequencies, j’ai passé un long moment à n’écouter que ça. Avec un petit groupe d’amis, ce disque était devenu la bande-son de l’été, ça tournait en boucle en soirée, sous la douche, en voiture, au café le matin… Ce titre en particulier (qui ne figure pas sur la compil en question) me remplit de nostalgie.

Grandaddy – The Warming Sun
Été 2014, Berlin – Vela Luka (Croatie) en Clio III, une journée sur la route. L’album parfait Sumday a été la bande-son parfaite de vacances parfaites en Croatie. Ce morceau me ramène tout simplement à mes heures les plus ensoleillées, en compagnie de mon frère et de mon meilleur ami. Sons of Bernard forever !

The Stranger – Providence Or Fate
La première fois que j’ai entendu ce titre, c’était une expérience assez folle, je n’avais jamais rien entendu d’aussi beau. Je me repasse ce titre le moins possible, il faut qu’il garde le même impact qu’à la première écoute. Il amène pas mal de questionnements, c’est la musique de « l’intérieur ». Providence or fate ? Je n’ai toujours pas tranché.

Brigitte Bardot – Faite Pour Dormir
Dans la Passat de mon père, les cassettes qui tournaient en boucle, c’était The Beatles et Georges Brassens. Dans la Clio II de ma mère, c’était Jeanne Moreau et Brigitte Bardot.
On se moque gentiment de moi quand je dis que j’adore BB, que je connais plus en tant que chanteuse qu’en tant qu’actrice. Et alors ! Je continue d’être fan. J’aime les chanteurs/chanteuses qui ne sont pas vraiment chanteurs/chanteuses.
Faite pour dormir, encore un autre morceau qui me rappelle l’enfance. Et puis moi aussi je suis fait pour dormir.

Lee Hazlewood – Wait and See
Pas de playlist sans Lee Hazlewood. Du début de sa carrière jusqu’à Back on the Street Again, en 1977, j’estime qu’il n’y a rien à jeter (ce qui rend le choix d’un seul titre assez compliqué). J’ai découvert Lee par le biais des duos avec Nancy Sinatra, je n’ai plus décroché depuis.
Wait And See figure sur l’album Love & Other Crimes, enregistré à Paris en 1968. Une ballade classe, des paroles simples et honnêtes. Et puis cette voix, forcément… la partie où il chante « wait and see, wait and see », il finit sur une note grave, qui est un Do. Je me plais à croire que ça n’a rien d’un hasard : « see », soit « C », l’équivalent de Do dans la notation anglaise. Toute son œuvre est parsemée de petites notes d’un humour qui lui est propre. C’est un peu ça aussi, son génie.

Townes Van Zandt – Quicksilver Daydreams of Maria
Là aussi, avec un musicien aussi prolifique que Townes Van Zandt, c’est dur de choisir un seul morceau. J’en ai écouté des heures en voiture (oui je parle beaucoup de voiture, mais c’est le moment où j’écoute le plus de musique, qui fait si bon ménage avec la route).
Les paroles de ce morceau sont superbes, c’est un véritable poème, que j’interprète comme une ode à l’idéal féminin.

Lord Mantis – Death Mask
Depuis la création de mon premier groupe de rock de lycée à mes 16 ans, j’ai continué de jouer dans divers groupes/projets aux esthétiques mêlant garage/punk/metal/stoner. Des formations au line-up assez restreint, mais qui incorporaient toujours une guitare électrique accordée « bien bas », avec un corde grave qui fait « booom » quand on la joue.
Je n’ai jamais acheté de tee-shirt Metallica, Black Sabbath ou Sepultura lorsque j’étais ado. Mais le métal et la multitude de « sous-genres » qui en dérivent, j’en écoute pas mal.
Certes, Death Mask est un morceau qui dénote sûrement dans cette playlist, mais voilà : c’est la meilleure chanson métal de tous les temps.

Isaac Albéniz – Granada / interprété par Julian Bream
Une pièce écrite pour piano, qui a pris sa place au sein du répertoire pour guitare classique. L’interprétation de Julian Bream est celle que je préfère.
Je me suis fixé comme objectif d’arriver à jouer Granada d’ici à la fin de ma vie. Y a du boulot.

Ken Breshears – Closin’ Up Those Bars
Traîner dans les bars n’est pas l’activité la plus constructive qui soit, mais j’ai l’impression que c’est une partie conséquente de la vie de musicien ! Non pas que je sois un grand professionnel de la clôture de rade… j’ai quelques amis bien plus doués que moi pour ça ! En tout cas ce titre me rappelle que des bons souvenirs, un peu flous, entre 2 et 6 heures du matin.

Davey Graham – Black Is The Colour Of My True Love’s Hair
Un traditionnel folk qui trouverait ses origines en Écosse. Cette version par Davey Graham figure sur l’album Folk, Blues & Beyond, véritable album – pierre angulaire de la guitare folk. Les guitaristes doivent beaucoup à ce musicien.

Robbie Basho – Rhapsody In Druz
Dernier morceau de Zarthus, l’album que je préfère dans la discographie Basho. Je choisis ce morceau non seulement parce qu’il me touche et que je l’écoute toujours religieusement, mais aussi pour mettre de côté le Robbie Basho – maître de la guitare. Le morceau passe par une multitude de phases, entre puissance et douceur, mélancolie et explosions vocales. Épique !

Tracklist
01. Hazy Days
02. Mine
03. One
04. Under The Same Sky
05. Side By Side
06. Dona Lura
07. Whispers
08. Bless You
09. The Silver Veil
10. Shadows
Ecouter Raoul Vignal - The Silver Veil

Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Liam J Hennessy / Held [Sound In Silence]

Pour beaucoup Liam J Hennessy paraîtra – à juste titre – comme...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *