Réforme du travail : The Man from Managra accompagne les luttes sociales

The Man From ManagraOn pourrait dire : voilà ce qui se passe quand un continent entier met un pays à terre. On pourrait dire : voici un morceau engagé qui, en ces temps de luttes sociales, met du baume au coeur. On pourrait dire : on vous avait prévenus ou on a les mêmes à la maison. Mais ce ne serait pas rendre justice au très beau nouveau morceau de The Man From Managra, Sipping On Sorrow, extrait de son album Half A Century Sun, sorti il y a quelques mois maintenant. Le clip suit dans les rues d’une Athènes, digne des paraboles les plus sombres de Pasolini, un couple de sans abris qui, malgré le sort, la pauvreté et la misère, continue de s’aimer.

Réalisé par Harry Patramanis, un jeune cinéaste grec-allemand qui incarne une nouvelle veine réaliste là-bas à travers divers travaux dont quelques publicités et courts métrages, le clip porte une vision sans concession sur le devenir de la capitale hellène. Mais c’est évidemment la force et l’allégresse du morceau qui l’emportent ici, donnant à cette odyssée un élan romantique et quasi épique formidable. La vision est à la fois cruelle, lucide mais en même temps pleine de détachement et d’espoir.

Derrière The Man From Managra (le nom vient d’un roman lui-même dérivé de l’univers de la série Dr Who) se cache un artiste grec du nom de Coti K., producteur, compositeur pour le cinéma et déjà auteur, sous son vrai patronyme, de près de dix albums depuis les années 80. Half A Century Sun est un disque solaire, tristement joyeux, et qui se situe dans une mouvance pop folk, relâchée et abîmée par l’époque. Coti K, qui a travaillé par le passé avec Tuxedomoon, réussit à y mêler une forme d’élégance pop, de raffinement et de sophistication et une sécheresse dans le jeu de guitares qui confèrent à l’ensemble un sens de la décontraction et de la résignation impressionnants. Un peu jmenfoutiste, slackeur mais aussi délibérément libre et désinvolte, l’artiste témoigne d’une vie qui se réorganise en dehors de la course à la prospérité. L’album est marqué par des figures maritimes, des thématiques insulaires, signe que la Grèce peu à peu se réinvente une destinée en dehors de tout, un rêve à l’écart du monde et des oppresseurs. The Man From Managra est un artiste extra-terrestre, souriant et à découvrir avec appétit.

Photo promo.

The Man from Managra – Half A Century Sun

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Hater : le retour des orfèvres pop donne le rose aux joues

Assemblés et révélés en 2016 quelques mois après leur formation par un...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *