Requin Chagrin / st
[Objet Disque]

Requin ChagrinAucun océanographe ne s’est encore exprimé sur le sujet et le personnel de Marineland n’a pas déblatéré l’un de ses habituels discours-alibis sans fondement scientifique, mais à l’heure ou l’espèce pullule dans tous les océans, le requin est chagrin. On s’étonne même qu’aucun atelier de la COP21 n’ait prévu de statuer sur l’humeur des sélachimorphes.

Nouvel avatar des dérèglements climatiques, Requin Chagrin, un patronyme qui claque comme le vernis d’une Telecaster, fait sonner ses humeurs anxiogène au son d’une surf pop ensoleillée sur les bords du Canal de l’Ourcq. Derrière des atours enjôleurs et des chansons qui, de loin, semblent portées un sourire frais en bandoulière, se cache Marion Brunetto accompagnée de trois compères. La jeune femme joue à cache à cache entre la lumière du devant de scène et l’intimité de sa chambre. Il faut d’ailleurs un peu d’attention pour comprendre le fonds de son propos : son chant est mixé légèrement en retrait des guitares carillonnantes et on pourrait croire que les mots sont choisis pour leur sonorité tant il est bluffant de s’approprier les canons du genre en renonçant à l’anglais. Mais à la deuxième écoute, au-delà des ritournelles bien emmenées, on comprend qu’il faudra plus de temps que prévu pour faire le tour de ces huit chansons réunis sur un vinyle 10″ par Objet Disque. Le tout jeune quatuor découvert par La Souterraine tient sans ciller la comparaison avec nombre de groupes américains qui revisitent les 90’s en réinterprétant des compositions sixties. En parfait équilibre entre swing irrésistible et noisy-pop en liberté (la production simple et sans effet est parfaite), Requin Chagrin distille un spleen profond, une mélancolie vénéneuse que soulignent des textes intimes, à la fois poétiques et désabusés.

Le squale a beau s’être approprié les plus belles plages de l’Océan Indien et d’ailleurs, cela ne l’empêche pas d’être nostalgique.

Tracklist
01. RC
02. Adelaïde
03. Riviera
04. Alysson
05. Le Chagrin
06. Bleu Nuit
07. Rose
08. Ciao Rubello
Liens
Mots-clés de cet article
, ,
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Olden Yolk abandonne le port du Quilt pour enfiler une salopette bavaroise

Souvent Trouble In Mind a eu le nez creux pour dégotter de...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *