Suzanne Vega / Lover, Beloved: Songs from an Evening with Carson McCullers
[Cooking Vinyl]

6.5 Note de l'auteur
6.5

Suzanne Vega - Lover, Beloved : Songs from an Evening with Carson McCullersMalgré l’importance hier revêtue par Suzanne Vega (des années quatre-vingt jusqu’au milieu des 90’s), Lover, Beloved laissait planer la suspicion. D’abord car l’étreinte Vega, à force de chansons consacrées au divorce et à la famille, s’était quelque peu ternie dans la conscience collective. Également car depuis l’année 96 et Nine Objects of Desire (son dernier grand disque à ce jour), Suzanne Vega intéressait moins que sa descendance (Fiona Apple, Polly Jean, Chan Marshall). Et aujourd’hui, à l’heure où les voix féminines d’exception bercent le landerneau (restons chauvins : Pauline Drand, Eskimo, Rivkah), l’auteure de Solitude Standing détenait-elle encore une actuelle parcelle de légitimité ? Est-il toujours possible, en 2016, de s’enthousiasmer pour Suzanne Vega ?

Lover, Beloved confirme que… oui ! Nous craignions l’album (un peu trop) concept autour de la figure de Carson McCullers (les dix titres relatent le parcours de l’écrivaine), mais le propos s’oublie finalement assez vite. La musique reste la belle affaire de cet album joliment désuet, un chouia anachronique (son charme vient également de son aspect vieillot).

Suzanne Vega est certainement à la ramasse de l’époque (l’électronique, le rock, la pop : des langages qui ne la concernent dorénavant guère), et elle a bien raison. Car si le début de Lover, Beloved inquiète (un saxo ? du ragtime ?), la suite propose une série de chansons parmi les plus belles jamais composées par la Vega : We of Me et Lover, Beloved (dominés par cette voix sans ride), le très enjoué The Ballad of Miss Amelia et la touchante sobriété de Annemarie (tout au piano).

En s’effaçant derrière la figure de Carson McCullers (au passage, écrivaine de Reflets dans un œil d’or et Le Cœur est un chasseur solitaire), Suzanne Vega enregistre, étrangement, son disque le plus lumineux, le plus optimiste également. Et peut-être l’engouement suscité par Lover, Beloved ne tient-il qu’à son timing : en novembre 2016, au moment où le bon goût s’incline devant les derniers albums hyper plombés (donc bien chiants) de Nick Cave et Leonard Cohen, une parcelle lumineuse semblait nécessaire.

C’est évident : le nouveau Suzanne Vega s’estompera au fil des prochaines années. Reste qu’il faudra s’en souvenir comme un joli soleil dans la grisaille 2016, un instant harmonieux qui aura aidé, durant trois ou quatre écoutes, à s’extraire du quotidien. Et certes : peu d’albums peuvent actuellement prétendre à une telle capacité.

Tracklist
01. Carson’s Blues
02. New York Is My Destination
03. Instant Of The Hour After
04. We Of Me
05. Annemarie
06. 12 Mortal Men
07. Harper Lee
08. Lover, Beloved
09. The Ballad Of Miss Amelia
10. Carson’s Last Supper
Ecouter Suzanne Vega - Lover, Beloved : Songs from an Evening with Carson McCullers

Liens
More from Jean Thooris

The Brian Jonestown Massacre / Third World Pyramid
[A Recordings]

Anton Newcombe est incapable de composer autre chose que du Newcombe, c’est-à-dire :...
Lire l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *