Tops 2017 : l’année outsider

Johnny CadillacUne année de plus et combien d’albums jetés aux oubliettes d’une époque impitoyable pour les petites cylindrées, époque éparpillée où même entre amateurs de musique il devient de plus en plus difficile de communiquer et de s’échanger de la musique. L’accès facilité aux disques, petits comme grands, nous amène progressivement, et individuellement, à nous recroqueviller chacun dans notre petit bunker paradis personnel où, avec autant de dévotion et de certitudes que par le passé, on gravit notre propre échelle du goût. La production est si profuse qu’il y aura bientôt un artiste préféré pour chacun, des disques, pourtant précieux, qui ne s’écouleront qu’à quelques dizaines d’exemplaires. La critique musicale, dans cet espace ténu où l’espace de discussion entre les passionnés est paradoxalement réduit faute de territoire commun, résiste malgré tout, convaincue de son bien-fondé et de pouvoir encore jouer son rôle : faire découvrir, rendre compte, enchanter et vanter les qualités de tel ou tel, passeur de plus en plus modeste mais entremetteur nécessaire. Nos enthousiasmes ont été nombreux, sincères, nourris par des disques, des prestations sur scène, des rencontres, des interviews, des images : tout ce qui fait l’ordinaire d’une passion consacrée à laisser traîner l’oreille partout et à la poser sur des musiques de tous bords. Nous avons vibré pour du rock grec, du rock américain, du jazz, un peu de musique classique, de la pop, du hip-hop, des machins qu’on n’est même pas capable de décrire et tout cela dans un même élan.

Le classement de fin d’année n’a pas d’autres vertus que de dessiner, assez mal et un peu artificiellement, cet endroit où l’on se rencontre encore, ce petit coin d’espace discographique où les goûts s’accordent et où un sourire partagé, une tête qui dodeline ou une larme à l’œil trahissent l’émotion commune et ce moment précis où l’amitié se conforte autour d’un disque, d’une chanson. C’est ce moment précis qui est l’épicentre de notre année musicale et la raison d’être de tout ce bazar. « Plus personne n’achète de disques aujourd’hui. » Soit. « Personne ne connaît les trucs dont vous parlez. » Et alors ? Ce n’est pas parce que toutes ces choses n’existent PRESQUE plus qu’elles ne sont pas les plus importantes du monde.

2017 n’aura pas été une année de têtes d’affiche. Les grands retours (Ride, Jesus and Mary Chain, U2, Flaming Lips, Morrissey, etc) n’ont pas évolué au niveau où on les espérait, même s’ils ont tous ou presque réussi à sauver l’honneur. Certains, venus de loin (Pere Ubu, Flotation Toy Warning) ou d’à côté (Matthieu Malon, Tristesse Contemporaine, Klub des Loosers, etc) ont confirmé et tout simplement réalisé les disques qu’on pouvait attendre d’eux : inspirés et audacieux, pleins d’envie et de surprises. Ces valeurs sûres ont constitué le ciment d’une année à la fois riche et plus rock que les années précédentes. Pour la deuxième année consécutive, les machines marquent le pas dans notre hiérarchie des goûts. Est-ce l’âge qui vient et avec lui un appétit d’anciens pour les guitares et la simplicité ? Toujours est-il qu’à quelques exceptions près (des échos hip hop, électro ou jazz), il y a rarement eu année aussi « traditionnelle ». Surf music, shoegaze, post-punk sur le tard, garage, synth-pop déviante,  les mouvements qui avaient coloré les années précédentes se prolongent en 2017, sans qu’aucun ne domine vraiment.

Ce qui aura marqué l’année, évidemment, ce sont les découvertes, les OVNIS, ceux qui venaient de nulle part et qu’on n’attendait pas vraiment, ces disques surgis dans les autoradios, dans les chambres et qui s’incrustent et deviennent soudainement indispensables. The Molochs, Aldous Harding, Girl Ray, Pale Honey : la liste est longue et définit autant d’enchantements, de transports et d’émotions qu’on ne rendrait pour rien au monde. On a beau pester contre le cours des choses, le business de la musique et l’injustice qui le gouverne : les disques sont là et on n’a souvent pas assez d’oreilles pour les écouter chanter, pas assez de bras pour en faire état. La vie quoi…

Top Albums 2017

01. Aldous HardingParty
02. Matthieu Malon Désamour
03. Breaking The WaveDead Killer Story
04. Pale HoneyDevotion
05. Cigarettes After Sexst
0
6. Piano MagicClosure

Top Albums de Benjamin Berton

01. The MolochsAmerica’s Velvet Glory
02. Tristesse Contemporaine Stop and Start
03. Surfer Blood Snowdonia
04. Al Tarba La Nuit se Lève
05. Matthieu Malon Désamour
06. Aldous HardingParty
07. Wild ArrowsDreamlike Dream
08. Klub des LoosersLe chat et autres Histoires
09. Pale HoneyDevotion
10. Peter SilbermanImpermanence
11. Peter PerrettHow The West Was Won
12. Pere Ubu 20 Years In A Montana Missile Silo
13. Flotation Toy WarningThe Machine That Made Us
14. Public Service BroadcastingEvery Valley
15. Girl Ray Earl Grey

Top chansons de Benjamin Berton

01. Klub des Loosers Le bouquet
02. Peter Perrett Take Me Home
03. Scalper Want
04. Babybird King of Nothing
05. Ian Svenonius I Dont Remember You
06. Tennis Club Birthday
07. Morrissey I Wish You Lonely
08. Beach Youth Days
09. My Own Ghosts Lonely Weeks of Mine
10. Rocket Mike – Hallelujah
11. Heads Off No Fucks Given
12. GrandaddyThat’s What You Get From Gettin Outta Bed
13. Cannibale Hidden Wealth
14. Bonnie Prince Billy I Always Get Lucky With You
15. Traditional Monsters 
Push The Panic Button

Top albums de Denis Frelat

01. Pale HoneyDevotion
02. CymbalsLight In Your Mind
03. Portico QuartetArt In The Age Of Automation
04. The New YearSnow
05. Fujiya & Miyagist
06. Jane WeaverModern Kosmology
07. Kevin MorbyCity Music
08. Death Of LoversAcrobat
09. SOHNRennen
10. LCD SoundsystemAmerican Dream
11. FufanuSports
12. Cigarettes After Sexst
13. Shout Out LoudsEase My Mind
14. MoinhoElastikanimal
15. Piano MagicClosure

Top chansons de Denis Frelat

01. Shout Out LoudsJumbo Jet
02. Jane WeaverDid You See Butterflies
03. Pale HoneyLesson Learned
04. Mogwai Coolverine
05. Happyness Fallin Down
06. Beach FossilsBe Nothing
07. Lød Så Blå
08. Sophia Resisting – live at Handelsbeurs, Gent, 24.03.2017
09. Lali PunaTwo Windows
10. Ride Cali

Top albums de Jean Thooris

01. Aldous HardingParty
02. Churros BatimentCouteau
03. Matthieu Malon Désamour
04. Pierre & BastienMusique Grecque
05. Breaking the WaveDead Killer Story
06. Yasmine HamdanAl Jamilat
07. Raymonde HowardS.W.E.A.T
08. CentredumondeRêvons plus sombre
09. Equipe de FootChantal
10. Marilyn MansonHeaven Upside Down
11. Shannon WrightDivision
12. Roseland Behind the Walls
13. SparklingThis Is Not The Paradise They Told Us We Would Live In
14. Michel Cloup & Béatrice UtrillaEtats des lieux intérieurs
15. Spitzer Loose Cannons

Top Chansons de Jean Thooris

01. Aldous HardingImagining My Man
02. « The » Nine Inch Nails in Twin PeaksShe’s Gone Away
03. Chromatics in Twin Peaks Saturday
04. La PietàJ’aime pas les gens
05. Pierre & Bastien – Mitterrand
06. DinnerSiren Song
07. Kill Your Boyfriend Ulrich
08. Kamarad Poème d’amour pour Kim G.
09. Animal YouthFeeling
10. NadjaNoiseMoonlight Lemon

Top albums de David B

01. Aldous HardingParty
02. HaterYou Tried
03. Breaking the WaveDead Killer Story
04. Matthieu Malon Désamour
05. Charlotte GainsbourgRest
06. Julien BakerTurn Out the Lights
07. GranddadyLast Place
08. The NationalSleep Well Beast
09. SlowdiveSlowdive
10. MorrisseyLow In High School
11. Cigarettes After Sexst
12. Piano MagicClosure
13. Mount EerieA Crow Looked At Me

14. Marie-FlorePassade Digitale EP
15. Blonde Redhead3 O’Clock EP

 

Photo : extrait des Conseils Bagarre de Johnny Cadillac

Ecrits aussi par Benjamin Berton

38 ans après : l’interview perdue de Ian Curtis

Les séances de spiritisme ne permettent pas de vérifier que c’est bien...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *