Viot : parce que c’est lui

Viot par Astrid KaroualUn an après sa sortie et une campagne qu’on aurait aimée couronnée de plus de succès populaire, le premier album de Viot continue de faire (un peu) parler de lui et de s’écouter : chez nous, sur scène ou ailleurs. L’album Astana regorgeait de morceaux somptueux que l’équipe du chanteur français gratifie l’un après l’autre de clips astucieux et élégants. C’est le cas aujourd’hui, quelques jours avant une nouvelle date parisienne (ce sera le 15 mai aux Trois Baudets), avec le classieux Parce que c’est vous.

Ce n’était pas, lors de la sortie de l’album, l’un de nos morceaux préférés mais la chanson gagne à être réécoutée. Bien campé sur sa ligne de basse, la voix ferme et moins souple que sur d’autres morceaux, le chanteur y balade son spleen au sortir d’une rupture (dont on est pas très sûr du sens) plus poétique que douloureuse. Le clip, énigmatique, est réalisé, comme les précédents, par Astrid Karoual et tourné sur les rives du lac de Batak en Bulgarie. On y distingue en bout de vidéo la silhouette fugace du chanteur (?), dont la présence humaine vient éclairer cette illustration d’un titre plus astucieux qu’il en a l’air. L’ensemble renvoie toujours à un Bashung fleur bleue, un Daniel Darc marchant sur l’eau (et à l’eau claire). Le texte est soigné, structuré autour d’assonances habiles et de sonorités qui forment, dans leur écho, un mouvement mélancolique.

Redécouvrir Astana permet de patienter dans l’attente d’un deuxième album qui se compose en coulisses. L’artiste s’est produit récemment en formation légère, seul avec un batteur, dévoilant une nouvelle orientation qui s’annonce aussi passionnante que la précédente.

Crédit photo : Viot par Astrid Karoual.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Lawrence revient : c’est la Felt !

On s’était promis de ne plus la faire cette blague : felt...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *