Youth Valley ou l’éternelle jeunesse pop

Youth ValleyL’histoire de la pop se résume à une histoire de la jeunesse. Il y en a bien quelques uns qui continuent de faire illusion après 30 ou 40 ans mais le genre ne se porte jamais aussi bien que lorsqu’il est chanté par des enfants, des adolescents et des jeunes adultes triomphants. Le premier EP de Youth Valley, groupe grec formé l’an dernier, en est une nouvelle démonstration.

Les guitares sont graciles et nous rappellent la légèreté désuète de l’ami Vagina Lips et la poésie spirite de Motorama. Le reste n’est que fraîcheur, cœur tendre et volupté. Il se dégage de Young Sad Lovers, le dernier morceau de ce EP de seulement 3 titres, récemment clippé, un tel charme, une telle tristesse, une telle grâce aussi qu’on a du mal à ne pas retomber en adolescence. Ces jeunes amants tristes sont parfaits et de surcroît bien vendus dans un clip à l’esthétique irrésistible empruntée aux années 80.

Young sad lovers / happy old friends
Why are others better than them?/
Honest promise / never forget Why are others better than them?/
Fragile egos, jealousy, hate Are for others, not ready yet /
Cut the flowers, before they can bend / Passionate lovers / households for rent /
Where are you, I missed you my other /
Where were you, I missed you my friend /
Where are you, I missed you my other /
Where were you, I missed you so much

Youth Valley organise le dialogue entre celui qu’on est aujourd’hui est tous ceux dont on s’est séparé en vieillissant : nos amis, nos maîtresses mais aussi tous nos doubles, comme répandus sur le sol du temps qui passe. Le groupe, quatuor classique guitare/basse/batterie, s’appuie sur le chant de son leader et parolier Joseph Powell  et sur la guitare inspirée de George Piaditis. Des trois morceaux dont on dispose et qu’on peut écouter sur le Bandcamp du groupe (ou ci-dessous), Young Sad Lovers, est le plus emballant et le plus envoûtant. Mais Father Forgets est peut-être le plus prometteur pour la suite, installant une écriture plus profonde et complexe qu’elle en a l’air.

On ne sait pas à ce stade faire la différence entre le groupe et le visage qu’il présente dans ses clips. Internet est encore muet quant à leur origine, à leurs âges. Youth Valley est un mystère. Qu’il le reste totalement serait aussi étonnant que scandaleux.

Crédit photo : capture du clip réalisé par Alexandra Diona.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.
En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Mots-clés de cet article
, ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Chanson du Mois : Billy Childish n’aime pas grand monde (The William LoveDay Intention)

Les grands morceaux débarquent parfois sans prévenir. Dire qu’on attendait plus grand...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *