[Interview] – En cuir et culotté, Chris Conde envahit l’Europe du rap

Chris CondeL’un des rappeurs les plus originaux et intenses du continent américain débarque enfin en Europe. Après deux albums extraordinaires, Growing Up Gay et Engulfed in the Marvelous Decay, Chris Conde, désormais new-yorkais d’adoption, fait équipe avec le ludion de Portland Myles Bullen pour une équipée sauvage qui passe par Strasbourg le 26 mars (festival Ind’Hip-Hop) et s’arrêtera en Allemagne, au Pays-Bas et à Prague entre autres. 

English version below.

Même si on aurait aimé qu’il s’attarde un peu plus dans l’Hegaxone, on ne pouvait pas ne pas célébrer l’événement et revenir avec lui sur ces expérimentations électro/queer-cuir qui ont fait de lui avec son Conde Digital EP l’une des têtes chercheuses les plus avancées du rap US. Chris Conde est un Américain au tour de taille aussi extraordinaire que ses prestations. Son dernier titre C.O.M.B (pour « cum in my beard ») lui tient lieu de carte de visite désormais. Ça va barber ! 

Il y a quelques années, vous nous aviez confié que votre rêve était de tourner à l’étranger. Vous débarquez sur le continent dans quelques jours. Est-ce que vous êtes comblé ?

Oui, je suis plus qu’excité de remettre le pied en Europe et cette fois pour jouer en concert. C’est vraiment un rêve qui se réalise. Notre premier concert se tient à Hambourg dans deux jours.

Votre tournée s’organise autour d’une double affiche avec le génial poète et rappeur de Portland, Myles Bullen. Vous êtes sur le même label Fake Four Inc bien sûr mais est-ce que vous connaissez dans la vraie vie ?

Myles et moi avions échangé quelques fois sur instagram mais nous ne nous étions jamais rencontrés avant de tourner ensemble au printemps 2022. On avait pas mal de connaissances communes et on a donc le même label. J’avais un a priori favorable. J’ai appelé un ami commun (Will Parker, un artiste punk folk et un rappeur extraordinaire de New Haven, ceci dit en passant) qui nous connaît bien tous les deux et je lui ai demandé s’il nous voyait ensemble en tournée. Il m’a dit : « oui, c’est sûr, vous allez bien vous entendre tous les deux ». Et il avait raison. Aucun de nous ne boit d’alcool. Aucun de nous ne se drogue ou ne fait la fête après les concerts (je sais, je suis devenu très très ennuyeux). On est concentrés sur notre récupération avec l’idée de proposer des shows incroyables jour après jour sur la tournée.

Quel souvenir avez-vous de l’Europe ? Vous avez du sang lituanien, je crois ? Et vous nous aviez confié la dernière fois être passé en Allemagne. Ce sera la première fois que vous jouez en Europe ?

Oui, ma mère est lituanienne et mon père est mexicain mais je ne suis jamais allé en Lituanie. J’aimerais bien y aller faire un tour un jour. J’ai vécu par contre à Izmir, en Turquie, au début des années 2000 et j’ai voyagé quelques jours en Allemagne mais c’était il y a vingt ans. Et oui, ce sera ma première première fois sur scène sur ce continent.

D’aucuns diront que Myles et vous formez une drôle d’association. Il évolue dans un registre très « daisy age » et votre musique est de plus en plus brutaliste ces derniers temps. Est-ce que vous avez des choses en commun.

C’est sûr qu’au premier regard, Myles et moi ne semblons pas très assortis pour une tournée mais on aborde des sujets qui ne sont pas très différents. On évoque cette idée d’avoir traversé des périodes très difficiles dans nos vies, des pertes d’êtres chers, la souffrance et puis d’être revenu de loin, d’avoir laissé de côté la noirceur pour grandir et guérir. C’est vrai que Myles évolue dans un registre plus doux, mais il peut et sait aussi hausser le ton, hurler et traverser la scène en courant. Je suis pareil que lui mais complètement dans l’autre sens : je peux ralentir le tempo et délivrer un spoken word plein de paix et de poésie en plein milieu d’un set de rap hardcore et noisy. Nous avons tous les deux un spectre d’action assez vaste et varié qui permet à nos dynamiques de s’associer et de prospérer en harmonie.

Vous avez une chanson de Myles que vous préférez ? Je trouve que parfois il sonne comme Eminem ! Un Eminem Daisy Age !

Ah, ah, je suis pas sûr de l’avoir pour Eminem… mais il a du talent si ce que vous voulez dire. J’aime beaucoup la chanson Way Too Fast. Myles sait y faire pour mêler la mélancolie et la positivité de sorte qu’en l’écoutant on a l’impression qu’on peut s’autoriser à être enfin humain. C’est un artiste remarquable et je suis très content de faire cette tournée européenne en sa compagnie.

Est-ce qu’il y a un ordre établi selon lequel vous vous produisez sur scène ? La logique voudrait qu’il ouvre et que vous enchaîniez parce que j’imagine que vous êtes le plus spectaculaire tout de même !
Myles démarre généralement et c’est effectivement logique car cela permet à la soirée d’y aller… comment dire… crescendo ? Mais c’est pas quelque chose de pré-déterminé parce qu’il arrive que des fois je veuille y aller en premier. On n’est pas trop regardants sur cette affaire-là. Il n’y a pas de hiérarchie.

Comment se présente ton set sur cette tournée ? Tu es seul sur scène avec des bandes ou il y a un groupe avec toi ?

J’ai été accompagné par des batteurs, des trompettistes et même des choristes parfois, etc. Mais ces dernières années, depuis peut-être 7 ou 8 ans, je me produis avec des bandes pré-enregistrées ce qui me permet de reproduire sur scène assez précisément ce que l’on trouve sur mes disques. Même si je me contente musicalement d’appuyer sur play sur mon ordi, c’est vraiment une performance à chaque fois qui a beaucoup de punch et développe beaucoup d’énergie. Je passe mon temps à courir sur scène habillé d’un jockstrap en cuir, un harnais en cuir et des pompes de combat. C’est bien lourd, sexy et par-dessus tout, un divertissement incroyable !

Vous avez fait pas mal d’expérimentations depuis que vous avez déménagé à New York. Pour dire ça simplement, vous avez un peu abandonné le hip-hop classique pour quelque chose de plus harcore, techno et expérimental. Même si vous avez écrit un tube de l’été avec Summertime Heat ! Et Mariposa, par exemple, qui est… une vraie bombe à fragmentation ! Qu’est-ce que vous allez jouer sur scène ? Le nouveau Chris ou l’ancien ?
Un mélange de tout ça. Je démarre souvent avec Mariposa qui figure sur mon dernier album Engulfed in the Marvelous Decay. C’est un bon morceau pour dire aux mecs qui sont en train de boire tranquille au bar : « hé, ça commence là ! Maintenant ! » Et puis je plonge dans ce que j’ai fait de plus bruyant que je mélange avec des morceaux plus anciens, de mon album précédent et de mes EPs. Je viens de sortir un nouveau single C.O.M.B (Cum on my beard – du sperme sur ma barbe) qui est plus pop et tourné vers le club (mais c’est noisy aussi) et je ne vais pas me priver de le jouer.

Je me demande bien quel va être votre public en Europe. A Strasbourg, vous jouez dans le cadre du festival Ind’Hip Hop qui est un festival spécialisé et assez pointu mais tout de même mainstream. Alors que tes dernières performances étaient plutôt tournées vers les clubs, les boîtes et s’adressaient peut-être plus à un public de gays et queers aimant le queer. Est-ce que ça change quelque chose pour toi ? Ou est-ce que le show est le même partout et indépendamment de qui tu as en face de toi ?

J’ai commencé à rapper dans tes salles qui étaient des salles punk rock, puis je me suis aligné sur la scène rap traditionnelle. Je n’ai jamais eu peur ou ressenti aucune appréhension à m’afficher tel que je suis et à faire ce que je fais aujourd’hui. Alors non, ça n’affecte pas ma performance. Quoi qu’il arrive, je me mets à poil (ou presque !) et je rappe pour exprimer ce que c’est que d’être gay, car c’est ce que je suis, ah, ah. Toi et moi, de toute évidence, on sait que ce que je fais dépasse les questions de sexualité, mais je n’évacue aucun sujet, ni ne m’applique de censure afin que tel ou tel public ou membre du public se sente plus à l’aise. AUCUN public. J’ai l’impression que ce ne serait pas leur rendre service, à eux comme à moi d’ailleurs, que d’agir de cette manière.

Vous risquez quand même de faire un effet bœuf sur les gens ! Je ne vous ai vu qu’en vidéo pour le moment mais je m’attendrais à quelque chose de vraiment intense et provocant !

Oh, je suis sûr, oui, que les gens seront bien surpris et qu’ils ressentiront la provocation ! (rires)

Qu’est-ce qui fait un très bon concert selon vous ?

Pas mal de choses mais je ne crois pas qu’il y ait de mauvais concerts non plus. Une fois à Los Angeles, le gars qui faisait notre son était bourré et c’était vraiment un souci… Un bon show c’est quand je peux m’abandonner à ma performance tout en restant en contrôle de tout ce qui s’y passe. J’y arrive assez souvent mais il y a aussi des fois où je me prends la tête, me cherche un peu et suis plus hésitant par rapport à une chanson je suis en train de chanter. J’adore quand il y a du monde, les grands salles mais je préfère un petit public qui est dans le coup à une grande salle indifférente (même si je n’ai pas trop d’exemple de ça heureusement).

Quels sont les meilleurs shows auxquels vous avez assistés ?

Alcest qui est un groupe français originaire de Bagnols sur Cèze est un de mes groupes préférés en concert. J’ai pleuré en les regardant. Peaches était dingue, Lady Gaga…. Nine Inch Nails c’était incroyable aussi. Mais je pourrais citer Chisteene qui était sur le label Atypeek aussi qui avait vraiment le spectacle vraiment le plus ridicule de l’histoire. Jose Gonzalez et Explosions in the Sky, c’est vraiment énorme aussi. Là récemment je suis allé voir Rage Against The Machine et c’était excellent…

Ça a l’air de bien se passer pour vous à New York. Est-ce que vous avez commencé à travailler sur votre 3ème album ? Engulfed était exceptionnel. Ou est-ce que vous allez sortir des Eps avant, des singles ?

Merci pour le compliment. J’adore New York. J’ai trouvé là-bas une communauté incroyable et inspirante. Oui, je travaille sur un nouvel album. J’ai reçu récemment des pistes qui ont été composées par Moody Black et je travaille dessus. Je ne sais pas encore si ça terminera sur l’album ou si j’en ferai un EP. On verra bien. Mais oui, vous pouvez compter sur une sortie signée Chris Conde cette année. Dans l’idéal, j’aimerais que mon nouvel album soit écrit et enregistré cet été ou cet automne.

Quel genre de musique vous allez écouter en tournée dans le bus ? Vous avez prévu de lire des choses ?

Notre tour manager Crise a préparé une playlist à laquelle nous avons tous contribué. C’est un mélange de punk, de rap et de musique électro qui devrait être plutôt cool à écouter pendant les trajets en bus. En ce moment, je lis un livre qui s’appelle Leather Folk : radical sex, people, politics and practice . Mais j’ai aussi téléchargé des concerts, des films pour regarder dans l’avion. En ce moment, je kiffe trop RuPaul’s Dragrace.

https://www.youtube.com/watch?v=D5KL1yzWl-w

Est-ce que vous et Myles allez ajouter des dates en France et à Londres avant la fin de cette tournée ? Ou est-ce que vous avez en tête de revenir pour des festivals ou plus tard ?

On devait initialement faire quelques dates au Royaume Uni mais on a du réorganiser notre trajet pour une raison ou une autre. Mais je reviendrai et j’ai bien l’intention de passer par Paris et d’autres villes en France et en Angleterre. D’ailleurs, si quelqu’un veut de moi pour un festival cet été, hé bien je suis prêt à revenir plus tôt que prévu !

Chris CondeOne of America’s more intense and original rap performer Chris Conde is coming to Europe ! After two extraordinary LPs, Growing Up Gay and Engulfed in The Marvelous Decay and a few EPs (give an hear to Conde Digital, probably the best thing which happened to american rap in the last 5 years), the Texan queer bearded young fellow who did get adopted by NY leather communauty is living his best life in the Big Apple, delivering spectacular and inventive experimental hip hop tracks which he mixes with pop, punk and electronica with a brio and a flair we havent met anywhere else. Though Conde and his label companion, the remakarkable Portland rap poet Myles Bullen, will only spend one night in France (Ind’Hip Hop Festival, march 26th), you can cross his deviant, queer, sexy, radical path in Germany, Netherlands, Praha and a few other Eastern towns in the following week. We couldn’t ignore there is something IMPORTANT happening with Chris Conde. His music is bigger and bigger than him as time goes by. You are warned. By the way, his new single which he uses as a visit card is named C.O.M.B for « cum on my beard ». Oops, we have no beard. 

You had told us a few years ago it would be kind of a dream to tour abroad. Are you happy with the dream coming true in something like 10 days ? 

Yes! I’m beyond excited to finally get back to Europe and this time to play some shows. It actually feels like a dream. our first show is in Hamburg in like two days!

The tour is a double bill with Portland amazing artist Myles Bullen. You are on the same label of course but did you know him before that tour perspective in real life ? 

Me and Myles had chatted over Instagram a bit but we had never met ‘til our actual tour of the US West Coast back in Spring 2022. We knew a lot of the same people and were on the same label so I trusted him. However, before we toured, I did actually call up a mutual friend of ours (Will Parker, an amazing folk punk artist and rapper from New Haven, CT.) that knew both of us well and asked him what he thought about us touring. He was like “Oh yea, you guys will definitely get along,” and he was right. I think what helps is that we both don’t drink or use or go out and party after shows (I know, so boring!). We just want to make sure we’re rested so we can put on an amazing performance every single night of our tour.

What is your experience of Europe ? You are half from Lithuania is it ? And you had told us last time you had spent time in Germany ? When is last time you went to Europe ? Is it the first time you’ll perform there ? 

So yea, my mom is Lithuanian and my dad is Mexican but I haven’t ever traveled to Lithuania. I would like to check it out someday though. I lived in Izmir, Turkey in the early-2000s and traveled to Germany for a few days, but it’s been 20 years since then and it’ll definitely be my first time performing as an artist in Europe.

Well, some could say this is a strange ticket. Myles is so « daisy age » as your music seems to be more brutal(ist) these days. Would you say you havent got any common ground ? 

I think at a first glance, me and Myles don’t make sense as a touring pair, but we actually have a lot of similarities in our subject matter. We both talk about walking through dark times in our lives, loss, grief and then overcoming the darkness and experiencing healing. While Myle’s can come across as soft-spoken, the dude can get loud and yell and run around on stage. Same for me, but in an opposite way, I can get quiet and give you spoken word poetry in the middle of a noisy, hardcore rap set.  I think we both have enough range and dynamic as performers to compliment each other’s unique styles.

What’s your Myles Bullen’s favorite song ? I sometime think he sounds like Eminem ! Daisy Age Eminem ! 

Haha, I don’t necessarily get Eminem from him but I certainly think he’s as talented for sure. I really love “Way Too Fast.” Myles has a way of matching melancholy with positivity in a way that gives you permission to be human. He’s a beautiful artist and I’m grateful to be sharing stages with him across Europe.. 

Is there a specific order between you going on stage ? I guess i would make him start and close the night with your set which must be so so spectacular !

Myles actually likes going first, and sometimes that makes sense because it gives the night a chance to build in…loudness? Haha, we don’t have a set way we do things though ‘cause sometimes I’ll want to go on first too. We’re both kind of easy going with that sort of thing.

Talking about your set, how do you perform on this tour ? Are you alone ? Is there a band with you ? Will you work with tapes ? 

I’ve definitely had full on bands with drummers, trumpet players, back up vocalists, etc. But the last 7 or 8 years I’ve been performing to my backing tracks so you kind of get a live experience of what you hear on the records. Even though I’m just hitting “play” on my computer it’s a very high-energy performance with me running around on stage in a leather jock strap, leather harness and combat boots. It’s heavy, sexy and most of all – a lot of fun!

You’ve been experiencing quite a lot as you moved in New York. To make it quick, it seems you’ve moved from « classical » hip-hop to something more experimental, techno and hardcore. Though you’ve done Summertime heat which is… a summertime hit ! And Mariposa which… well… so explosive ! what will you play on this tour ? Old Chris or Present Chris ? 

It’ll definitely be a mix of both. I actually usually open up my set with Mariposa from my last record Engulfed in the Marvelous Decay. I think it is a way to be able to tell people who are drinking at the bar to be like “Hi, I’m starting my set, you’re gonna want to see it!”

But then I’ll dig back into some of my noisier stuff from my older albums and EPs. I just put out my new single “C.O.M.B.” (cum on my beard), which is way more club and poppy (still kinda noisy) so i’ll definitely be playing that too!

Was thinking about your audience here in Europe.. In Strasbourg, you are playing at Ind’Hip Hop which is quite  a mainstream (though specialized and culturally advanced) festival. Your last performances were shaped for clubs, discos and adressed maybe to a more specific target (i mean leather urban gay/queer scene, to be quick). Does it change something ? Or shall i think beyond the place where you are doing the show ? 

You know, I got my start rapping in punk rock venues or on bills with straight rappers. I’ve never been afraid to be who I am wherever I am so it won’t necessarily change my performance. I’m still going to take my clothes off and rap about being gay because that’s who I am haha. Obviously you and I both know that what I do is beyond my sexuality, but I don’t shy away from subject matter or censor myself to make ANY audience feel more comfortable. I feel like that would be a disservice to the crowd and to myself.

In other words, do you expect to be a big surprise for most people ? I’ve only seen you on videos till now and i would expect something really intense and provocative ! 

Oh, i’m sure people will be surprised and provoked lol

What makes a good good show for you ? 

There’s a couple things, but I don’t necessarily believe in a bad show? However, one time in Los Angeles, our sound guy got drunk and that was kind of annoying.  But yea, I guess a good show is when I’m able to lose myself in my performance while also remaining in complete control. I feel like I’m able to achieve that but there are some rare times where I get in my head and I second guess myself or the song I’m doing. A big crowd is always fun too but I prefer an engaged smaller audience than a big crowd that isn’t paying attention (though that doesn’t happen very often).

What were the best artists you have ever seen on stage ? 

Alcest who are actually from Bagnols-sur-Cèze is one of my favorite bands I’ve ever seen live. I cried watching them. Peaches was amazing. Lady Gaga…Um, Nine Inch Nails was absolutely insane. But also, Chisteene who is also on Atypeek puts on one of the most ridiculous live performances I’ve ever witnessed. Jose Gonzalez and Explosions in the Sky are incredible too. I recently saw Rage Against The Machine last year too and that was so fucking good.

More generally, it seems you are doing well in New York. Have you been working on new new material for LP 3 ? Engulfed in Marvelous Decay is only 2 year old and it was really an amazing LP. Will you do more eps till LP 3 or something else ? 

Thanks! I love NYC. I’ve found an amazing community and am inspired everyday by the people that live here. I’m working on a new album, yes. I actually just got some new tracks from Moodie Black that I’m currently working on. I don’t know if that will turn into an EP or just go on the album. We’ll see. but yes, expect more releases from me this year. I’d like to have my album written and recorded by Summer/Fall

What music will you listen to on the tour bus ? What do you expect to do during flights and travelling time ? Have you selected books or i dont know ? 

So our tour manager Crise helped put together a playlist that we’ve all contributed to. It’s a mix of punk, metal, rap and electronic music that’ll be a nice soundtrack for our drives. I’m currently reading “Leatherfolk: Radical Sex, People, Politics, and Practice.” But I’ve also downloaded some shows and movies to watch on the plane. I’m a sucker for RuPaul’s Dragrace 

https://www.youtube.com/watch?v=o6jSe1CixGQ

Do you think you and Myles will be able to add a few dates in France (Paris ?) and London at the end of it ? Or is the idea to come back later maybe on summer festivals ? 

We were supposed to do some UK dates but our route had to change for some reason. However, I will be back, and will definitely hit Paris and a lot more cities in France and the UK. If someone wants to book me for a summer festival, I’ll definitely be back sooner than later!

Lire aussi :
Chris Conde est The Notorious Fag

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *