Impatient ? On y retourne (toujours) avec les Pixies

Pixies - You're So ImpatientLes Pixies ont redémarré récemment une tournée planétaire. On les reverra en Europe (pour sûr) avant la fin de l’année. Histoire de se mettre en train et de montrer au public conquis qu’ils ont digéré leur récent changement de line-up avec l’arrivée de Emma Richardson à la basse en lieu et place de Paz Lenchantin, le quatuor vient de sortir un double single sur lequel on retrouve un original, You’re So Impatient, et la reprise du standard Que Sera Sera.

On avait déjà parlé de cette reprise, révélée il y a deux ans en appui de l’excellente série From. Plus sombre que la majeure partie des reprises du morceau, elle est élégante, lourde et appliquée et entrait merveilleusement en écho avec l’univers dark et horrifique de la série. Il semble d’ailleurs qu’une saison 3 ait été annoncée mais on avoue avoir lâché l’affaire quelque part au milieu de la deuxième.

S’agissant de la nouvelle nouvelle chanson, on ne pourra que répéter ce qu’on dit maintenant depuis dix ans : ça ressemble assez à une chanson des Pixies avec un Frank Black (Francis) un peu à l’économie mais un excellent travail d’un Joey Santiago qui occupe (un peu trop) le devant de la scène. Le ton est enjoué et les enjeux à peu près nul. I’m so Impatient semble parler d’un mec qui accompagne sa nana dans un supermarché/fête foraine/amusement park. Ils font des tours de manège et on sent l’excitation (réciproque?) qui gagne.

We sat down at medieval town
And I ordered a box of wine
You said thanks but I do not dranks
And I think that it’s dungeon time
I don’t want mutton, I don’t want mead
And you ain’t nothing without your need

You’re so impatient
You finish it and then you start
You’re so impatient
Here comes my favorite part

C’est techniquement une situation type de college movie, un peu chiche pour un (bon) titre des Pixies mais une jolie balade dans un lieu typiquement américain. Le traitement est très rustique avec des guitares hard rock envahissantes, une excitation rock fm qui n’est pas des plus raffinées. Avec un seau de popcorn, un nichon ou une paire de c… (la fille a l’air d’avoir envie) dans la main, le single peut émouvoir et faire l’affaire mais on se voit mal le réécouter avec la religiosité et l’amour qui sied aux œuvres de la première phase. Impatient alors ? Pas tant que ça mais on y retourne tout de même à chaque fois. Plus c’est gros et plus ça passe…

Lire aussi :
Les Pixies à Rennes, c’était bien ?
Pixies / Beneath The Eyrie
Les Pixies font tourner la planche (de surf) à billets : ça suffit !
Pixies / Head Carrier

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, ,
More from Benjamin Berton
Maud Geffray 2 : Fallin’ to papillon de lumière
On était d’abord pas convaincus par cette image du papillon enchaîné, métaphore...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *