Marco Beltrami / Renfield
(Original Motion Picture Soundtrack)
[Back Lot Music / Universal]

8.8 Note de l'auteur
8.8

Marco Beltrami - RenfieldL’immense plaisir qu’on retire de cet improbable Renfield, film de Chris McKay (Lego Batman, The Tomorrow War) ne tient pas seulement à l’interprétation habitée et comme toujours incroyable du Comte Dracula par Nicolas Cage, ni à la belle prestation mi-comique mi-dramatique du jeune Nicholas Hoult dans le rôle titre de son familier, mais aussi pas mal à l’excellente BO du compositeur américain Marco Beltrami.

On parle avec Beltrami, même si étrangement on ne l’a pas encore croisé dans nos chroniques, d’un des 3 ou 4 plus grands compositeurs de musiques de films de notre époque, d’un type qui a non seulement porté sur ses épaules à peu près tous les films de Wes Craven (les Scream notamment) mais aussi sublimé des films comme Terminator 3, Logan ou encore 3:10 To Yuma. Pour les amateurs de film de genre, Beltrami a aussi habillé Snowpiercer ou le génial The Faculty. Il n’est donc pas étonnant de le retrouver ici à mi-chemin entre le grand cinéma (revisiter le classique Dracula) et le film Z (Nicolas Cage oblige, film gore et burlesque à la fois, de mafia et d’horreur) dans sa meilleure forme pour une BO qui est peut-être la plus intéressante de celles qu’on a écoutées cette année.

Car cette soundtrack est non seulement roborative (34 titres et plus d’une heure de musique) mais aussi une variation d’une subtilité remarquable, un jeu permanent sur les motifs musicaux qui ont fait le charme des productions horrifiques du passé. Beltrami tout du long s’amuse comme un fou, illustre dans une forme d’hommage flamboyant aux scores du passé, tout en maintenant un second degré jouissif à son matériau. Faisant écho au génie théâtral de Cage, le compositeur ne donne jamais le sentiment de vouloir déconner, rire ou en faire trop, et aborde son « rôle » avec un immense sérieux, sans toutefois laisser de côté sa position qui veut que refaire Dracula aujourd’hui (et avec les moyens qu’il a) implique une mise en perspective nouvelle et forcément distanciée. Sérieux et pas sérieux, appliqué et concentré tout en se voulant moderne et intelligent observateur sur les moyens de parvenir à ses fins, c’est ce qui caractérise Renfield, film cheap et cool mais pertinent et joueur sur chaque plan.

Beltrami plonge d’emblée avec Back To The Beginning dans l’excellence. En une minute et vingt secondes, tout y est : du gimmick d’apparition hantée au badinage seventies qui rappelle les films de Paul Morrissey, son Dracula sera digne, désuet mais aussi follement fidèle au passé. Nicolas Cage lorgne évidemment du côté du vampire de Bela Lugosi pour Tod Browning (1931), version qui, cela n’aura échappé à personne, n’avait pas de BO originale mais s’appuyait sur le Lac des Cygnes de Tchaikovski. On en retrouve de légères traces sur le beau Renfield Leaves Meeting mais dans une version abâtardie qui semble composée par Ennio Morricone pour un film de Jean-Paul Belmondo.

Où qu’on se situe, cette BO est un festival aussi décalé, kitsch (les chœurs façon secte du temple solaire sur Wake and Bake) que brillant dans ses décrochés véritablement orchestraux (Apache Joe). Lorsque le film ralentit (c’est à dire pas si souvent) et tente de nous émouvoir (pas ce qui est le plus réussi), Beltrami se met au diapason et sort des cordes attentives et pleines de charme. Certains titres, bien que brefs, sont d’une variété inédite à l’image de l’excellent Drac-hole qui en moins de deux minutes nous fait passer par tous les états. Évidemment, cette BO est bâtie pour servir un film qui navigue entre le gore… et le gore, teinté d’humour et d’irrévérence. C’est ainsi dans l’accompagnement des moments de bravoure et montées d’adrénaline (avec des bagarres au kung-fu de rue qui décapitent) que Beltrami excelle. Mulates Arrival est, sur sa seconde moitié, dominé par un crescendo incroyable et 100% digital. Lorsque ça saigne un max, la BO se met au diapason (Swat Team Ambush, The Familiar Battle) sans chercher à en rajouter. On peut donner crédit à Beltrami de ne jamais céder à la facilité et de plutôt retenir les chevaux ce qui, compte tenu de ce qui défile sur l’écran (du sang, de l’outrance, etc) est plutôt bienvenu et permet justement au film de conserver une liaison forte et étroite avec les chefs-d’œuvre du passé.

C’est Beltrami qui vient insuffler une dignité d’ensemble à un film qui, sans sa BO, pourrait verser complètement dans la série Z. C’est Beltrami qui fait oublier parfois le petit manque de moyen et le caractère artisanal du film. C’est Beltrami qui, en lui servant un écrin référencé, donne du lustre et une dimension magistrale à la performance de Nicolas Cage en Prince des Ténèbres.

Le final est particulièrement fin et gonflé avec en point d’orgue un Final Embrace ample et décisif, puis un peu plus loin un reposant mais lyrique We Can Be Heros très zimmerien. Renfield est mis en son comme s’il s’agissait d’un film de super-héros (le rapprochement avec Kick-Ass est facile à faire), intelligent et réflexif. L’humour est présent dans Renfield Blues comme dans le cartoonesque et mystérieux Dracula’s Gaze qui ferme le bal. Les violons grincent et ouvrent la perspective tandis que les percussions refusent de refermer le couvercle sur un Dracula qui… pourrait évidemment revenir dans une deuxième aventure loufoque.

Avec cette BO, Beltrami agit, sans paraphraser le film, en en sublimant les effets et en les explicitant et les relevant pour nous. C’est ce qu’on demande à une BO : agir comme une pincée de sel qui met en relief et vient amener un supplément d’âme à ce que le réalisateur a voulu dire. Ici, c’est une pleine réussite.

Tracklist
01. Back to the Beginning
02. Wake and Bake
03. Transitional Period
04. Renfield Leaves Meeting
05. Apache Joe
06. Dragging Bodies
07. Drac-hole
08. Los Lobos
09. Mulates Arrival
10. Rebecca and Renfield Kick Ass
11. Sweet n Low Hero
12. World Domination Plan
13. Inspiration
14. Teddy Meets Dracula
15. You’re the Monster Renfield
16. Dracula Arrives at CODA
17. Dracula Questions
18. Let’s Eat
19. Renfield Mourns
20. Rebecca’s Escape
21. Teddy in Dracula’s Lair
22. SWAT Team Ambush
23. Hello Mr. Dracula
24. Renfield and Rebecca
25. Dracula in Renfield’s Head
26. The Familiar Battle
27. Full Husk Emptied
28. Rebecca Throws Shade
29. Final Embrace
30. Renfield’s Affirmations
31. We Can Be Heros
32. A Patchy Carmen
33. Renfield Blues
34. Dracula’s Gaze
Écouter Marco Beltrami - Renfield

Liens
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Musique qui fait du bien : Favours nous renvoie au lycée
On avait pas prévu de tomber amoureux de la musique pop des...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *