Silversun Pickups / Physical Thrills
[New Machine]

5 Note de l'auteur
5

Silversun Pickups - Physical ThrillsOn a beaucoup cru à une époque (entre 2006 et 2010) aux qualités naturelles des Silversun Pickups. Carnavas, leur premier album, était l’un des meilleurs albums de cette année là et son successeur Swoon était aussi excellent. Et puis l’oeuvre a paru se diluer au fur et à mesure que le son s’éclaircissait et se débarrassait de ses oripeaux shoegaze qui leur donnaient au début de vrais/faux airs de My Bloody Valentine et des Smashing Pumpkins.

Avec Physical Thrills, le groupe de Brian Aubert achève pour ainsi dire sa mue. Les tempos s’établissent quasi systématiquement en mode mid-tempo, renonçant à toute accélération. Le son est lisse comme la surface d’une table de notaire, débarrassé de toute réminiscence de leurs débuts soniques et indé. Mais la musicalité demeure et l’évidente virtuosité des compositions saute aux oreilles. Le groupe est en forme sur ce Physical Thrills et fait vraiment du bon boulot. La production est sophistiquée, suffisamment complexe pour qu’on s’intéresse aux pièces, tandis que le chant, un peu trop mis en avant, évolue dans un registre caressant et quasi soul qui finit par agacer par son maniérisme. Les Californiens se sont progressivement taillés une place au soleil. Ils s’affichent en bonne place dans de gros festivals et ont un public américain qui les suit fidèlement. Avec un peu de travail encore, ils figureront parmi les têtes d’affiche d’un alt.rock qui compose l’ordinaire des productions américaines mais qui, à nos oreilles européennes, pêche souvent par son respect des métriques et une sorte d’aseptisation du son qui empêche qu’on s’enthousiasme plus que ça.

L’entame de ce disque Stillness est un bon résumé de tout ça. C’est objectivement un bon titre : la section rythmique est presque impressionnante de régularité et de précision, la voix est bien placée et la mélodie, même si elle est étirée sur cinq minutes, a une certaine allure. Les Silversun Pickups ajoute à l’ensemble des choeurs d’arrière-plan qui viennent étoffer le son et on peut, avec un peu d’imagination, sentir monter une certaine excitation quand ils accélèrent le rythme. Mais on finit par s’ennuyer et par rechercher autre chose qui ne vient pas. Rebelote sur Stick and Stones. Rien à reprocher mais la sensation de nous tenir maintenant devant une version proprette d’un sous-Radiohead qui tenterait de prendre Muse à revers.

Composé en partie par son leader durant le confinement, le disque a été conçu à partir de démos travaillées comme des exercices sur une période de temps libre assez longue puis augmentées par le reste du groupe, après un travail de « filtre » réalisé en compagnie du producteur Butch Vig. Physical Thrills garde la trace de cette élaboration sans contrainte et un peu échevelée dans un rendu plutôt disparate et un manque de cohésion entre les morceaux. L’ensemble est touffu (14 plages) et volontairement baroque dans ses déclinaisons. On sent dans ces morceaux une vraie envie de jouer, une énergie et une créativité qui font plaisir et traversent les grandes réussites que sont, par exemple, Empty Nest ou Hidden Moon. Silversun Pickups sonne ici comme un vrai collectif, conquérant et où la basse et la batterie ont souvent leur mot à dire. C’est à travers ces quelques moments épars qu’on retrouve le caractère pétillant et explosif du groupe tel qu’il s’exprimait dans ses jeunes années.

Mais ces éclats ne sont pas forcément dominants. L’impression d’ensemble est tout de même celle d’une dilution et d’une diversité coupable, à l’image d’une séquence Dream At Tempo…, triplée et qui est profondément ennuyeuse. Au final, l’album s’écoute mais n’impressionne pas. Il séduit parfois mais ne donne à aucun moment le sentiment qu’on en aurait besoin ou qu’il serait vraiment nécessaire. Les textes sont flous et génériques, contribuant à cette absence d’implication de l’auditeur.

Tracklist
01. Stillness (Way Beyond)
02. Sticks and Stones
03. Hereafter (Way After)
04. Dream at Tempo 050
05. Scared Together
06. Alone On A Hill
07. Hidden Moon
08. System Error
09. Empty Nest
10. Dream At Tempo 310
11. We Wont Come Out
12. Stay Down (Way Down)
13. Quicksand
14. Dream at Tempo 150
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, , ,
More from Benjamin Berton
Maud Geffray : Vie ordinaire d’une femme de rave
A une autre époque, on aurait bien vu Maud Geffray dans un...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.