Terry Hall (1959-2022) – A Message To You Terry…

Terry Hall par Paul ClarkeOn a l’impression d’écrire les nécros à la chaîne ces temps-ci. Celle de Terry Hall, 63 ans, arrive bien trop tôt, tant on aurait aimé savoir que le chanteur britannique à la bouille ronde et bienveillante de The Specials et The Fun Boy Three était encore en vie quelque part, savourant une quasi retraite bien méritée dans la campagne des Midlands. Hall venait de Coventry, une ville qui est l’une des rares villes anglaises à avoir donné assez peu de musiciens au monde. Hall, son comparse Jerry Dammers, Bob Jackson de Badfingers et le compositeur Clint Mansell. Dès le début, Hall était rare et précieux. Son aventure au sein des Specials groupe formé un an avant que Hall ne le rejoigne, par Dammers, Golding et Panters, démarre en 1978 et décolle vraiment lorsque le groupe est embarqué par Joe Strummer qui les a vus en concert en première partie du Clash.

Terry Hall et les Specials deviennent les figures emblématiques du ska et du mouvement « deux tons ». Dammers nommera d’ailleurs le label qui portera les albums du groupe, 2 Tones Records, two tones désignant les costumes à deux tons (noir/blanc) de la couleur de peau de ses membres. Les Specials portent les caractères vestimentaires et les looks des mods, des skin-heads et des rude boys, ces garçons de la rue plutôt d’origine ouvrière qui aiment le ska punk, mélange de punk rythmé et dansant métissé avec les sons de la Jamaïque, le dancehall, le reggae et le rock steady. Le premier album du groupe est produit par Elvis Costello. Les Specials laissent des morceaux mémorables derrière eux, Gangsters, Rat Race, Little Bitch. En 1979, les Specials reprennent un titre de 1967 du Jamaïcain Dandy Livingstone, A Message To You Rudy. Le Rudy de la chanson n’est pas un gars précis mais la contraction de Rude boy. Le message est assez génial, moral mais canaille. Terry Hall est parfait au chant.

Stop your fooling around,
Time to straighten right out.
Better think of your future
Else you’ll wind up in jail.
Rudy,
A message to you you, Rudy,
A message to you.

Ce n’est pas qu’une chanson pop, c’est un hymne. Viendra, sur la fin de parcours, l’autre standard Ghost Town, qu’on ressort chaque année depuis pour Halloween. Les Specials proposent une musique festive mais socialement consciente, dénonçant la tristesse anti-jeune du capitalisme. Après Ghost Town, Hall quitte les Specials avec deux autres membres et fonde le groupe Fun Boy Three. Ils collaborent avec Banarama et Madness mais se signalent surtout pour quelques belles pièces new wave comme Our Lips Are Sealed, chanson écrite par Hall avec Jane Wiedlin (The Go Go’s) avec qui il vit une courte histoire d’amour passionnée. Au milieu des années 80, Terry Hall prolonge son virage pop et new wave au sein de The Colourfield, groupe composé exclusivement de musiciens de Coventry mais qui s’installe à Manchester. C’est à ce moment là, et après les deux albums du groupe, que Terry Hall devient vraiment une figure tutélaire du rock indépendant anglais. Il s’allie en 1992 au Dave Stewart d’Eurythmics sur le projet Vegas, collabore avec Ian Broudie, chante avec Tricky, pige avec Gorillaz en laissant à chaque fois une empreinte vocale brillante, joviale et taquine. Terry Hall est l’éternel rude boy de la scène anglaise, propre sur lui et un brin provocateur, joueur et rassurant à la fois. Il ressuscite les Specials en 2009 dont le dernier album, Encore, est sorti en 2019 puis se fait un peu plus discret.

Hall avait révélé au fil des années ses difficultés personnels : le souvenir d’avoir été abusé, des troubles maniaco-dépressifs qui l’avaient poussé jusqu’à une tentative de suicide il y a une quinzaine d’années. Sa relative discrétion ces dernières années n’avait en aucune manière fait disparaître l’attachement des amateurs à son personnage.

Crédit photo : Terry Hall par Paul Clarke (Creative Commons)

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
TOOOD / Fury
[Simple Music for Simple Mind]
On n’attendait pas TOOOD (avec 3 “o”) à ce niveau- là sur...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *