Tu quoque Billy : Bonnie Prince a la bananas

Bonnie Prince Billy - Keeping Secrets Will Destroy YouOn aurait du se méfier à l’écoute de leur album commun Blind Date Party mais il est probable qu’après nous avoir pourri la dépression avec son bonheur conjugal et sa félicité, que Bill Callahan de Smog nous ait rendu Bonnie Prince Billy tout guilleret. Le malheur n’est jamais certain et il ne faut évidemment pas prendre ce premier extrait doux, sucré, satisfait et élégiaque, Bananas, du nouvel album de l’Américain comme une loi générale.

Le titre du futur disque (le premier album solo depuis au moins trois ans du chanteur avec I Have Made A Place, même si on l’avait suivi aussi au sein de son supergroupe Superwolves) laissait pourtant espérer : Keeping Secrets Will Destroy You. Cela augurait d’un contenu sombre et dépressif ou au moins d’un peu de violence psychologique mais Bananas évolue à des années lumière de la noirceur passée. Bonnie Prince Billy ou Will Oldham y exprime en effet la plénitude d’une relation amoureuse relativement classique où il se fait le servant diligent de l’aimée qui le satisfait entièrement. On a évidemment rien contre le bonheur. Mais si le titre est délicieux et lumineux, on est toujours un peu sceptique quand Oldham entonne ainsi 12 morceaux tendrement blues et soyeux à l’extrême. Les titres des chansons ne trahissent rien de ce qu’on trouvera ensuite sur cet album à paraître fin juillet chez les fidèles Domino : Blood of the Wine, Kentucky Is Water, Willow, Pine and Oak, Queens of Sorrow. La machine à country music semble de sortie. On aime avec modération avant même d’avoir écouté. Pour les dépressifs chroniques, on renverra en attendant aux rééditions de Palace dont on avait rendu compte.

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Journée de la (jolie jeune) femme (Amber Arcades, Sunflower Bean, etc) : le rock indé est-il sexiste ?
On voulait à l’origine saluer l’arrivée sur le marché de la jeune...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *