La belle découverte Grassfight

GrassfightCombien de clics et de fadaises entendues avant de tomber là dessus ? La découverte de Grassfight récompense quelques heures perdues à fureter sur la toile.

Le combo texan exilé à NYC a d’abord autoproduit deux EP (Icon – 2011 et Icon 2 en 2012), disponibles sur le site bandcamp du groupe. Comme beaucoup de groupes ayant fait l’objet d’une décongélation rapide, leurs compositions formatées post-punk / new-wave galopaient avec un air bravache mais s’avéraient un peu trop grasses et linéaires pour prétendre l’emballage final qui permet de se démarquer sur la ligne d’arrivée.

Avec Please Don’t Tell, Grassfight est au contraire affûté et élégant. La chanson est irrésistible comme l’était PDA d’Interpol (la version de 2000, parue chez Chemikal Underground). Hargne distanciée, ligne de basse abyssale et motif répétitif en spirale étourdissent les sens, le quatuor a (re)trouvé la formule magique.
Mais ce qui est encore plus excitant, c’est que le reste du EP qui doit paraître le 09 octobre sur Cold Records dévoile d’autres facettes de ce groupe, plus shoegaze, qu’on va les garder à l’œil.

Tracklist
01. Please Don’t Tell
02. Where The Hills Start The West
03. Breaking Up Pigeons
04. Alone With Everyone
05. Hallways
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots-clés de cet article
,
Ecrit par
Plus d'articles de Denis
Oh ouaip, c’est Owen !
Le nom est trop commun pour attirer l’attention. Taper “Owen” dans la...
Lire la suite
Join the Conversation

2 Comments

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *