Mulatu Astatqe, la Black Jesus Experience : voyage au cœur de la nouvelle Babel

Mulatu Astatke Black Jesus ExperienceS’il faut toujours se méfier des légendes, certaines démontrent à chaque fois qu’en donnant le temps au temps, qu’en donnant du temps et de l’espace à la création et en laissant la porte ouverte à la modernité et aux rencontres musicales et humaines, on arrive toujours à un résultat qui transcende l’essence artistique…

La dernière preuve en date nous vient donc d’Éthiopie, ou presque… avec un nouvel album sous l’étiquette « Mulatu Astatqe » (« Astatke » en anglais).

Nouveau single attendu le 15 mai 2020, To Know Without Knowing qui donne son titre à l’album, après un premier lever de couvercle fiévreux en février dernier avec Kulun Mankwaleshi. Ce titre urgent qui mêle avec la plus haute dextérité toutes les influences de leurs auteurs, faisait déjà, avec un naturel déroutant, la démonstration, en un peu moins de huit minutes, d’un cocktail de cultures pan- et nord-africaines, allant d’un gnawa transsaharien au jazz éthiopien, youyous à l’appui.

Cinquante ans d’hybridations

Cuisiné au soleil entre Addis Abeba et Melbourne, nous raconte-t-on, nous sommes donc face à une collection de neuf titres et réinterprétations du pionnier de l’ethio-jazz que le label allemand Agogo Records entend publier le 3 juillet 2020.

Mulatu Of EthiopaUn magnifique voyage immobile autour du globe et dans le temps qui s’ouvre sur une nouvelle version du séminal Mulatu, remontant à une époque où le vibraphoniste n’avait apparemment pas même imaginé, ou pu, insuffler autant de saveurs jazz et de transe saharienne à une composition originale que l’on peut retrouver sur la réédition discographique Mulatu of Ethiopia (1972).

Cinquante ans plus tard, les enfants d’Afrique ont également donné au monde le rap qui reste aujourd’hui l’un des mouvements musicaux les plus créatifs – malgré quelques nombreuses dégénérescences pop urbaines – et qui reste surtout l’une des sources d’hybridations les plus fortes.

Pour cela, une fois la surprise passée, qu’y aurait-il de moins logique que d’offrir à cette nouvelle version de « Mulatu » la vibrante performance du rappeur angeleno Elf Transporter. Miles Davis avait illustré les possibles, voire nécessaires, passerelles à valider entre le jazz et le rap avec son album « Doo Bop ». Plus récemment des artistes tels que le Sud-Africain Tumi & the Volume ont montré que l’Afrique pouvait revendiquer ce type de parenté avec aise, naturel et talent. La rencontre entre le pionnier de l’ethio-jazz et la Black Jesus Experience apporte dès lors sa pierre de taille à cette pyramide de Babel avec les magnifiques présences vocales et poétiques d’Enushu Taye et Vida Sunshyne, du flow du MC Mr. Monk et un détour par Cuba en passant logiquement par le Nigeria avec une invitation lancée à Olugbade Okunade, « jeune » membre d’un autre collectif de renom, l’Africa 80 de feu Fela Kuti.

Faire tomber les frontières

Si cet album vient confirmer, comme s’en désolait récemment le regretté Tony Allen dans une interview diffusée par la radio Couleur 3, que les musiques traditionnelles, leur héritage et leur modernité sont parfois assumés par des artistes étrangers au berceau culturel du mouvement musical en lui-même, To Know Without Knowing vient aussi montrer combien le monde, pas seulement musical, a tout à gagner à faire tomber toutes formes de frontières. La récente collaboration entre les Français d’Akale Wube et Girma Bèyènè, compatriote d’Astatke, l’illustre également avec délice.

Mulatu Astatke - Cradle Of HumanityAinsi, sans réellement savoir qui mène la danse, Mulatu Astatqe et la BJX remettent le couvert après leur rencontre sur l’album Cradle of Humanity du collectif australien qui porte à bras le corps depuis plusieurs années un multiculturalisme « down under »… le meilleur « backing band » que Mulatu Astatqe dise avoir eu, ce qui nous réjouit tout autant.

Bon appétit !

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.
En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Mots-clés de cet article
,
Ecrits aussi par Patrice Mancino

Le radar musical de Quixote RPM aka Quixotemusic

Quixotemusic,… parce que travailler dans la musique, c’est se battre contre des...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *