[Rap dans le Rétro #3] – The Sanity Annex de Sonic Sum : Entre Affres et Lymphes

Sonic Sum - The Sanity AnnexRendez-vous à la sortie des 90s avec The Sanity Annex des Sonic Sum (à ne pas confondre avec Sonic Youth bien évidemment) pour un troisième contrôle du rétro.

New York reste le point d’ancrage de ce rewind x3 mais l’ambiance est diamétralement différente de Double Barrel de Marco Polo & Torae. La rudesse se voit substituer à des sons feutrés qui effleurent pas à pas les tympans. Les effluves sonores s’échappent et semblent provenir d’un rade intimiste de jazz que l’on retrouverait sans souci sur Caprica ou même à bord du Babylon 5.

Le groupe

Sonic Sum, quatuor composé d’un emcee Rob Sonic et d’un trio de beatmaker Erik M.O., Preservation et Fred Ones , n’aura pas réussi à laisser une marque indélébile dans le panthéon du rap malgré deux albums de très bonnes factures The Sanity Annex et Films.

Par la suite, Erik M.O. a œuvré dans l’ombre en appui technique de projets. Fred Ones n’aura pas réussi à franchir le pas de ses Phobia Of Doors. Preservation s’est fait discret jusqu’au projet Dr. Yen Lo avec le précurseur du rap minimaliste new-yorkais Ka. Reste Rob Sonic qui lui a réussi à se faire un nom dans le hip hop underground mondial en devenant un def junkie d’élite pendant deux albums Telicatessen (2004) et Sabotage Gigante (2007). Son association avec Aesop Rock sous le nom de Hail Mary Mallon sur Are You Gonna Eat That ? et Beastiary tractée par la locomotive Rhymesayers enfoncera le clou artistiquement. Malheureusement depuis l’exposition de Rob Sonic est devenu portion congrue.

L’album

Sur The Sanity Annex, la science-fiction est présente mais l’approche de Sonic Sum s’éloigne du cybernétique et d’une atmosphère post-apocalyptique pour prendre un chemin tout en contraste par rapport à ses contemporains du label Ozone Music. L’ambiance de cet album relève plus précisément d’un rétrofuturisme mêlé d’une touche multiculturelle qui aboutit à un univers singulier. S’il faut y trouver quelques pincées de comparaison, le travail proposé par le groupe s’approche indéniablement des propositions artistiques d’un Mike Ladd même si l’orchestration est plus épurée ou même de Company Flow pour les notes musicales métissées.

Les plus critiques diront que The Sanity Annex est d’une platitude digne d’un épisode d’une série allemande des années 80. Arguant vingt ans plus tard que l’oubli dont fait l’objet cet essai est une preuve du caractère lymphatique des quatorze pièces de ce puzzle. Au contraire, ce côté lent, feutré et un tantinet glauque fait toute la force de la proposition des quatre new-yorkais. En effet, le travail sur les basses d’Erik M.O. tout du long des cinquante-cinq minutes en est une illustration parfaite et donne une profondeur rare pour un album de rap. Par ailleurs, les mélopées métaphoriquement hallucinées de Rob Sonic siéent parfaitement à l’élégance interstellaire du voyage musical de cet opus. S’il ne suffisait que d’un argument pour vous convaincre, la beauté d’Himbro St., l’introduction rétro 60’s de Velour 80 Grit ou la flûte de Window Seat pourrait suffire.

En conclusion, The Sanity Annex et la classe qu’il dégage reste un album sonore partiellement non identifié à écouter d’une traite. Sans éclats retentissants, il reste tout de même un album solide à découvrir pour ses qualités de rréalisation au-delà de la norme.

Tracklist
01. Velour 80 Grit
02. Salad Fork
03. Downtown Maze
04. Eratika
05. Sara-Inge
06. Callarama Gala
07. Flatlands
08. It’s An Ashtray
09. Himbro St.
10. Window Seat
11. Anesthesia Make Believe
12. Skypirate
13. 44,444,444
14. Wayne Neutron
Écouter Films le 2ème album de Sonic Sum

Lien
Ecrit par
Ecrits aussi par Alex Carter

Yugen Blakrok / Anima Mysterium
[IOT Records]

Alors que 2019 à tirer sa révèrence et que l’heure des bilans...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *