Brandt Brauer Frick s’achète l’amour

Brandt Brauer FrickIl y a ceux qui pensent, comme les Beatles, qu’il ne s’achète pas et puis les autres : les touristes en Thaïlande, ou ailleurs (on rigole). Et Brandt Brauer Frick qui, à quelques encablures (le 28 octobre) de son nouvel album, Joy, a sorti un premier single intitulé You Can Buy Me Love. Clin d’œil aux Beatles, bien sûr, mais surtout un sacré revirement par rapport à ce qu’on attendait de cet immense ensemble allemand. Pour dire la vérité, ce morceau électro vaguement pop, chanté avec des vocaux accélérés et enrobés dans des échos de cordes, s’il est surprenant, n’est pas franchement terrible (enfin si…).  L’album Joy est vendu comme plus varié et transgenre que les précédents, incorporant à la déjà bien compliquée marque de fabrique du groupe (faire de la techno avec des instruments classiques en gros), l’intention de ratisser aux marges de « genres » (si cela existe encore) inexplorés par le groupe jusqu’ici comme la new wave, le rock indé, la drum’n’bass et on en passe. L’ensemble est lié par l’exploration d’une thématique unique : le bonheur, la joie, l’allégresse, servis sous toutes leurs déclinaisons. Il y a souvent une certaine distance entre les intentions et la réalisation et on espère que ce groupe remarquable ne s’est pas perdu en voulant faire exploser son modèle. Autre élément révolutionnaire pour le groupe, même si Miami leur précédent accueillait plusieurs chanteurs, Joy sera tout du long chanté par le canadien Beaver Sheppard (qu’on connaissait pour ses expérimentations lofi chez CO/NRTRY). Chanté et lumineux, joyeux et enlevé, c’est vraiment la révolution de palais chez les Allemands.  D’après le communiqué de presse, le tout sonnerait comme une grande cathédrale dark house….. Il y a de quoi être déconcerté.

Comme on est toujours plutôt méfiants envers tout ce qui se réclame de… la joie, on s’accroche à la tracklist des 10 titres de cet album pour trouver des motifs d’espérer : Society Saved Me, City Chicken, Away From My Body, sont autant de titres qui éveillent la curiosité et laissent entrevoir un grand album décomplexé…. Ce qu’il faudra donc vérifier sur pièce à la fin du mois.

Mots-clés de cet article
,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Chris Conde : le dernier gay avant la fin du monde

Auteur d’un premier album de hip-hop très remarqué, le texan Chris Conde...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *