Melanie De Biasio / Blackened Cities
[PIAS]

Melanie De Biasio - Blackened CitiesD’origine belge cette chanteuse également flûtiste s’est fait remarquer avec son premier album A stomach is burning parut en 2007. Cet opus Jazz assez conventionnel a donné suite à un disque beaucoup plus original baptisé No Deal sortit en 2013. Composé de 7 morceaux, ce mini album a l’orientation musicale assez inclassable puise ses inspirations dans le Blues et le Jazz mais avec une esthétique assez sombre et des mélodies vocales se rapprochant plus du genre pop indé. No Deal est profondément spirituel, invitant l’auditeur à une remise en question, à rechercher une nouvelle façon d’être. Le propos est  très affirmé : « Too much pressure on your back… how about a new way to pray? » « No deal with love, no deal with rest ».

A paraitre au mois de mai, Blackened Cities est encore plus expérimental, ce disque qui n’est pas une suite de morceaux mais une pièce musicale d’une durée de 25 minutes apparait comme une œuvre au message quasiment chamanique, portée par un accompagnement musical hypnotique et assez psychédélique. Melanie De Biasio nous convie dans un voyage intérieur toujours accompagnée de ses musiciens Pascal Moly au piano, Pascal Paulus aux synthés et Dre Pallemaerts  à la batterie. Le morceau s’ouvre sur une intro très épurée, on pense à la musique atmosphérique de la jeune Mette Henriette (saxophoniste sur le label européen ECM). Puis progressivement la pièce en question s’étoffe avec l’arrivée de la batterie très répétitive, du piano, de la flûte traversière et du chant de Melanie De Biasio. La chanteuse reprend une manière articulée,  scandée ou encore murmurée dans l’expression de ses vers comme dans son précédent album No Deal. On peut y retrouver une similarité avec la chanteuse Simin Tander qui a participé au dernier album du pianiste de Jazz Tord Gustavsen (également sur le label ECM). Effectivement, le  Jazz européen a cette caractéristique calme et planante qui le distingue des productions d’outre atlantique souvent axées sur la démonstration technique et la virtuosité délaissant hélas l’aspect poétique de la musique.

Résolument moderne de par son concept renvoyant à la vie urbaine, ce disque apparait également en phase avec l’ère du temps en raison de sa courte durée. Effectivement, à l’heure du téléchargement et du streaming, les gens n’écoutent plus vraiment d’albums de 10 à 12 chansons mais piochent ici et là différents morceaux de divers artistes (espérons  que les auditeurs iront tout de même jusqu’au bout de la pièce musicale…). Il est à noter aussi la signification du titre de cet enregistrement Blackened cities; il s’agit comme on peut le voir sur la pochette du disque d’une référence à ces grandes villes post  industrielles comme Détroit, Manchester ou plus près de la chanteuse, Charleroi, cité où Mélanie a vécu ses 18 premières années. L’ambiance du disque, avec ses arrangements, arrive brillamment à véhiculer des images, des sons qui font penser au climat urbain. Blackened cities  illustre donc des villes paraissant grises et mornes au premier regard mais finalement pleines de ressources et de générosités humaines tout comme la musique de cette artiste à l’allure sombre mais à l’intériorité lumineuse.

Tracklist
01. Blackened Cities
Liens
Le site de Melanie De Biasio
Melanie De Biasio sur Facebook
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots-clés de cet article
Ecrit par
Ecrits aussi par Nils Arrec

Hej!, premier album de Felicita qu’on félicite déjà ?

La marzipan, cette gourmandise à base de pâte d’amande et de blanc...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *