Watine ouvre des horizons

Watine - PHÔS A L'Oblique La chanteuse Catherine Watine continue de présenter l’univers infiniment riche et poétique de son superbe album Phôs, à l’oblique avec ce nouvel extrait de l’album, L’horizon est restreint. Le clip a été confié une fois encore à VEL qui sert avec sobriété et un sens certain de l’esthétique ce morceau parlé/chanté dense et fascinant. Le morceau démarre sur des nappes splendides de guitares avant de basculer dans une récitation hypnotique que la chanteuse, en apparition fantomatique et de contre-jour, engage, meurtrie par les épreuves et la perte.  « Regarde au loin. L’horizon est restreint. A croire qu’il s’étouffe. Dans ce désert empli d’absents, l’horizon est restreint. Regarde.» , énonce-t-elle à plat avant que les guitares ne reprennent la parole marquant la restriction de l’espace domestique sur lui-même. Le clip filme l’absence marquée pièce à pièce par une lumière ou le silence, le passage des nuages pâles sur le flanc d’une montagne, comme si quelque chose ou quelqu’un avait fuité ou fugué hors de ce monde.

Le final est splendide, métaphysique dans sa manière d’élever le débat, en même temps qu’interrogatif quant à la possibilité (non évoquée) que subsiste après la mort quelque chose comme une trace ou un simple souvenir de ce qui a été et qui n’occupe plus l’espace. L’Horizon est restreint est une merveille de subtilité poétique au texte suffisamment hermétique pour mener à plusieurs interprétations : message écologique ou message sacré, chanson sur la perte ou la dépossession. C’est surtout l’idée de contraction/expansion du monde qui marque ici comme si l’absence entraînait à la fois une contraction du monde sur lui-même, une réduction (l’horizon restreint du titre) mais précipitait (le son des guitares, la montée sonique), en creux, une forme d’expansion, voire d’épanchement du sentiment. Avec la perte, c’est l’homme lui-même qui déverse ses larmes dans l’espace et à sa façon augmente le monde de sa présence répandue. Idée fascinante s’il en est et qui rend la pièce à chaque écoute plus fascinante et habitée.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Benjamin Biolay / Grand Prix [Polydor]

Le chanteur tête à claques préféré des critiques français est de retour....
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *