Visage Pâle / Holistic Love
[Castles In Space]

8.1 Note de l'auteur
8.1

Visage Pale / Holistic LoveLe premier album du Suisse Visage Pâle est l’une des plus belles réalisations de ce premier semestre. Holistic Love est un album à la fois original, superbement écrit (en français et en anglais) et qui évolue sans repère évident dans une chanson française qui n’avait pas connu une telle audace poétique et vocale depuis l’invention de… Michel Polnareff. Lars-Martin Isker (l’homme qui se cache derrière le maquillage mortuaire de Visage Pale) a officié avant dans un groupe suédois-anglais-suisse appelé Tim Patience Watch et qui jouit d’un mini-statut culte dans le nyonnais. La mise au point de Visage Pale n’en reste pas moins quelque chose de fondamentalement surprenant et qui tient du miracle.

L’album est une fantaisie irréelle et sublime qui rappelle l’apparition, il y a quelques années, du chanteur Cascadeur. On ressent la même sensation d’équilibrisme, celle d’avoir affaire à un artiste à la fois singulier et d’une grande fragilité mais en même temps plein d’assurance et sûr de ses moyens et de la direction qu’il s’est donnée. Holistic Love est un album clair, aéré (8 morceaux dont un ne fait qu’une minute) et spatial. Empire à l’entame s’appuie sur une electronica élémentaire qui rappelle les crépitements mélancoliques de Radiohead mais repose quasi exclusivement sur l’irruption de la voix du chanteur. Celle-ci est le principal atout du disque, comme une révélation relevant du sacré. L’organe évolue en voix de tête, parfois à la limite de la justesse, et confère à l’ensemble des titres une patine fantastique. Le texte est abstrait, d’une beauté vaguement imperméable mais fascinante. « Je suis venu te dire que je quitte la terre. J’ai construit mon empire, pile au creux de tes mains. Tu sais, la nuit, les ombres sont les mêmes. La ville qui dort et qui sonde l’urgence des sirènes.»  L’ambiance est crépusculaire. On traîne dans une ville de bord de mer. Le chanteur décrit une femme, prisonnière de l’ancienne civilisation. On a l’impression avec Visage Pâle de partir à l’assaut d’une nouvelle frontière, d’être installé malgré nous dans un poste avancé d’une humanité à venir. La sensation se prolonge avec le remarquable Ether à la texture électro d’une richesse tout à fait extraordinaire. On pense à Archive, à l’école trip-hop mais aussi plus près de nous aux expérimentations sonores de Vanishing Twin. Il y a une amplitude incroyable dans le minimalisme de Visage Pâle qui est tout à fait prodigieuse et qui se prolonge tout au long des huit titres. Les morceaux chantés en anglais sont paradoxalement moins séduisants. C’est le cas d’Holistic Love qui repose pourtant sur une production sous-marine assez géniale mais sur lequel l’accent du Suisse tend à banaliser la pièce et à sonner un peu faux.

Visage Pâle évolue sur le fil et dépouille les morceaux jusqu’à ce qu’il n’en reste plus que l’ossature électronique et la voix frémissante. Open Source est un morceau délicieusement immersif et d’une beauté déchirante. On pense au Undersea de The Antlers, alors qu’il s’agit d’une variation presque monstrueuse sur le célèbre My Funny Valentine qui se prolongera (sans aucun lien direct) avec une autre pièce intitulée juste après…. Little Valentine. Avec ses deux minutes et trente secondes, Open Source a tout juste le temps de s’éveiller et s’éteint comme il était venu. Holistic Love nous donne le sentiment d’être installé dans le noir et d’assister à un feu d’artifices ou à un lancer d’étoiles filantes. Les morceaux scintillent et s’évanouissent laissant sur nos oreilles une trace subjective de leur passage fugace.

Holistic Love respire la fragilité, la mortalité mais aussi l’immanence de l’univers. Waves est une curiosité cristalline et qui fait penser à une sculpture en sucre. La voix est déséquilibrée et placée comme en opposition avec la musique. L’album se referme comme une évidence sur un I Leave The Night joué par un piano seul et souverain, dernière touche de magie dans un album proche de la perfection.

Tracklist

01. Empire
02. Ether
03. Holistic Love
05. Matières Premières
06. Open Source
07. Little Valentine
08. Waves
09.I Leave The Night

Liens
Ecrits aussi par Benjamin Berton

D’Umberto à Umberto : le meilleur musicien pour le pire des mondes

Alors que son dernier album en date, le magnifique Helpless Spectator constitue...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *