The Phantom Band / Fears Trending
[Chemikal Underground]

The Phantom Band - Fears TrendingSorti en 2014, le troisième album de The Phantom Band, Strange Friend, aura fait partie jusqu’au bout de nos découvertes les plus intéressantes et convaincantes de l’année. Le groupe n’avait rien produit depuis un bail, ce qui ne les avait pas empêchés de récupérer facilement leur place parmi les groupes les plus innovants et impressionnants d’Ecosse (et du Royaume Uni). Leur leader, Rick Anthony, a également sorti, sous le nom de Rick Redbeard, un album réussi mais qui était sans comparaison avec son travail collectif. Quelques mois à peine après Strange Friend, voici que débarque ce magnifique album de 7 chansons, Fears Trending (anagramme du précédent) conçu comme le compagnon à tête chercheuse et assombri du précité. The Phantom Band en profite, au même moment et avec la même équipe, pour pousser un peu plus loin les pistes audacieuses explorées précédemment et c’est un régal absolu.

English version below.

Fears Trending regroupe sept chansons assez différentes. Le groupe a désormais un son très distinctif qui fait qu’on reconnaît sa patte incroyable au bout de quelques secondes à peine, mais cette identité ne dit pas tout de leur capacité à se réinventer et à chercher des voies nouvelles dans toutes les directions. The Phantom Band était connu avant tout pour ses qualités typiquement indé : une belle voix, des guitares et des influences rock et post-cold wave. Ils ont ensuite incorporé des sonorités jazzy, free et psychédéliques au point de proposer un rock intransigeant qui dépasse ce que Frank Zappa a fait de meilleur et présente toute la rigueur et la précision de Joy Division. L’ensemble épate à la fois par son ambition, sa cohérence et la solidité collective qu’il dégage. On pensait que Strange Friend avait poussé assez loin pour eux la perversion du format « chanson » traditionnel mais ce n’était pas le cas. Les titres de Fears Trending proviennent des mêmes sessions que l’album mais expriment et évoluent dans un climat différent (plus sombre globalement, même si la qualification est trop générale pour apprendre quoi que ce soit) et qui conjugue recherche de limpidité et déconstruction. L’album sonne comme du Phantom Band bien sûr mais c’est un Phantom Band qui travaille tout en texture, avec plus de synthés, un Phantom Band qui peut sonner comme un Radiohead n’ayant pas oublié de faire du rock, un Phantom Band qui essaie (et parvient) à donner vie à un groupe dans le groupe. Tender Castle joue de sa propre disharmonie, de rythmes mi-tribaux, mi-western folklorique. C’est à la fois ardu et séduisant, clairement pas une musique qui s’écoute facilement mais une musique qui dégage un charme immédiat et dérangeant. Local Zero met en valeur Rick Anthony qui y réalise une de ses meilleures performances vocales. Son timbre de baryton est formidable de densité et d’expressivité. C’est un immense plaisir de voir sa voix dominer un tel tapis de guitares. Anthony est à l’honneur également sur Denise Hopper où il rappelle vaguement Scott Walker. La chanson, menée par la batterie et les cymbales, dure six minutes et trente secondes et se déploie comme un joli monstre de manière phénoménale. Il y a tout ce qu’on aime chez ce groupe ici : la bizarrerie, la violence, une attitude punk contenue et surtout le contrôle total de ses effets. C’est ce qui est en jeu et au cœur de Fears Trending : la maîtrise des effets et des moyens, lorsqu’on échappe de sa zone de confort. Un bon résumé de l’histoire du rock adulte. On sent le groupe respirer et essayer de conserver sa compacité et son unité, toute sa discipline sur un Black Tape qui rappelle Nick Cave. On éprouve cette même sensation de force et de contrôle que chez The Bad Seeds. Ces types savent jouer de la musique mieux que personne et c’est pour cette raison qu’ils se mettent à déconstruire leur travail et à imaginer d’autres façons de composer ensemble. Ce groupe dégage une puissance incroyable. Et cette puissance, cette unité donne d’excellents résultats la plupart du temps, accouchant de morceaux parfois classiques (Spectrelegs, The Kingfisher), mâtinés de blues, mais aussi d’une sorte de sophistication pionnière qui les rend follement indispensables et passionnants. OIden Golden est une chanson envoûtante qui nous fait regretter le temps où The National n’avait pas encore domestiqué son imagination. Chaque écoute révèle son lot de surprises, de petits tours de magie sonore, de sources de beauté.

Ce groupe est un trésor international. Les amateurs de rock devraient s’en emparer d’urgence, le préserver et le chérir. Qu’on se le dise.

Last year’s Phantom Band Strange Friend was probably one of the most interesting and convincing albums of the year. They hadn’t done anything for a few years and through this third LP easily regained their crown as one of the most innovative and impressive bands in Scotland (and the UK). The band leader, Rick Anthony, had also put a very good solo work out under the name of Rick Redbeard but the band music is a very different business. A few months after Strange Friends, so we have this wonderful 7-song companion LP, which is called Fears Trending (an anagram of the previous one) and pushes a bit further a few experimenting lines and devices we had appreciated on the album.

Fears Trending is 7 very different songs. The Phantom Band has now a very distinctive sound which makes you name the band after a few seconds but it doesn’t say much about their ability to reinvent themselves into new directions. They were mostly known until last year for being a classical indie band: good voice, guitars, rock and post-cold wave influences. Then they put jazz and psychedelic distortions into their music and it became something close to Frank Zappa’s best work with a Joy Divisionesque rigueur which turned them into a very ambitious and tight unit.

We thought Strange Friend had told everything they had to say at the time in terms of perverting the usual song format but it wasn’t true. Fears Trending songs are from the same sessions as Strange Friend but they reflect a different mood (darker, let’s say) and a will further to escape reviews and descriptions. So it is hard work to say something about what you have here. It is still The Phantom Band of course but a Phantom Band who uses more synths, sounds a bit like Radiohead playing in the studio without forgetting they used to be a rock band, a Phantom Band who would try (and succeed) to be a second band within the same band. Tender Castle is gently playing on disharmony and tribal western rhythms. It is harsh and seductive at the same time, clearly not easy-listening but with a strange and fascinating charm. Local Zero is Rick Anthony’s best singing contribution since we have met him. His voice has a wonderful baritone density and it is a fantastic pleasure to have it surrounded by such a good guitar work. Anthony is doing an impressive Scott Walkerish kind of work on Denise Hopper which is another 6 minutes and 30 seconds standout track, driven by drums and cymbals. We have everything we like in The Phantom Band here: strange oddity, violence, punk refrained attitude and total control of all means. That’s what is at the heart of Fears Trending: trying to keep control of its means and effects when leaving its comfort zone. We can feel the band trying to stay tight and disciplined on the very Nick Cavesque Black Tape and the same impression we have when listening to The Bad Seeds’ best work.

Those guys know how to play and that’s why they chose to deconstruct their work and to explore new ways of being together. This band has an amazing strength. It mostly works very well and gives very interesting songs with a classical feeling (Spectrelegs, The KingFisher), a bluesy attitude and a pioneering sophistication which makes this band’s music as rich and deep as the ocean. Olden Golden is a beautiful haunting song which reminds us the time when The National had imagination. Each listen reveals new tricks and surprises, new sounds hidden at the bottom of the pool, undiscovered twinkling notes and beauty.

This band is an international treasure. It should be preserved and promoted by anyone who has ever loved rock n roll. Let it be said.

Tracklist
01. ‘Tender Castle’ (featuring Alasdair Roberts)
02. ‘Local Zero’
03. ‘Denise Hopper’
04. ‘Black Tape’
05. ‘Spectrelegs’
06. ‘The Kingfisher’
07. ‘Olden Golden’
Discographie
  • Checkmate Savage (2009)
  • The Wants (2010)
  • Strange Friend (2014)
  • Fears Trending (2015)
Liens
Le site de The Phantom Band
Le site de Chemikal Underground
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Camp Claude / Double Dreaming
[Believe]

Une double ration de rêve et une triple dose d’efficacité : c’est ainsi...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *