Diabologum / #3 [Ici d’Ailleurs]

Diabologum #3« J’ai encore envie de croire j’ai encore envie de rêver qu’on peut aller quelque part avec quelqu’un à côté ». Ce passage extrait d’un des derniers morceaux enregistrés par Diabologum à la fin des années 90 (A Côté, présent sur cette réédition) résume bien ce que je vivais à l’époque de sa sortie. En plein tumulte amoureux et face à des désillusions personnelles, je venais de me prendre ce nouvel album – inattendu de la part du groupe que je suivais depuis ses débuts – en pleine gueule. Ca faisait beaucoup pour un seul homme, mais il est évident plusieurs années plus tard que #3 fait partie de ces disques qui m’ont sauvé la vie, littéralement parlant. D’ailleurs, depuis il ne m’a plus jamais quitté.

Me voici aujourd’hui en 2015, tenant en mains la splendide réédition en double vinyle que nous offre le label Ici d’Ailleurs (sauveteur de quelques formations de Lithium, feu label de Diabologum) et à me questionner, me demander comment en parler sans noircir des pages interminables d’éloges appropriés mais vains, et sans dire tout ce qui a déjà été « entendu rabâché écrit ou lu ».

C’est qu’il s’en est passé du temps depuis ce disque connu par cœur, note pour note, et qui a ouvert la voie à beaucoup d’entre nous, a décomplexé certains vers d’autres possibles du rock français et qui fut, hélas, le tremplin du groupe vers sa fin. Chacun a alors vaqué vers d’autres occupations passionnantes qu’on a suivi et  qu’on continue de suivre de façon indéfectible. D’abord Arnaud Michniak et son projet Programme : une discographie incontournable (3 albums essentiels en 10 années d’existence) puis sous son propre nom (le dernier album Echo étant déjà chroniqué chez nous). Ensuite Michel Cloup et son groupe Expérience (4 albums), puis un retour à un propos plus près de l’os, plus personnel avec le Michel Cloup Duo et deux albums inestimables. L’aventure continue donc mais après une courte reformation de Diabologum en 2011 pour quelques live inoubliables,  on savait qu’il n’y aurait jamais de suite à #3 et il devenait évident que le moment était venu de rééditer cette pièce maitresse presque 20 ans plus tard, le disque étant devenu quasi introuvable ou à des prix exorbitants. Alors période oblige, il était également inévitable de voir apparaître l’édition vinyle agrémentée de bonus (les face B de l’époque, en tout 11 titres rares et inédits, dont les formidables 3 titres du split avec le groupe espagnol Mantaray, avec lesquels le groupe toulousain posait peut-être les fondations de ce qui aurait pu être la suite de #3). On note cependant l’absence des deux titres bonus proposés à l’époque dans les éditions limitées du cd original (le prodigieux Tie Break For Bandini en tête). On se doute que c’est le manque de place sur le vinyle qui a conditionné ce choix, les deux morceaux totalisant à eux seuls 35 minutes, mais il aurait été intéressant de les proposer avec le code de téléchargement fourni avec le disque.

#3 est intemporel et ne vieillira jamais. C’est ce qui explique sans doute qu’il n’y ait pas de mention particulière sur le remastering éventuel de cette nouvelle édition. C’est tout simplement qu’il n’y en a pas eu, le son est intact, toujours aussi moderne et s’il était incontestablement en avance sur son temps à l’époque, #3 sonne désormais résolument contemporain et actuel. Le propos également n’a pas pris une ride, certains passages pouvant parfois sembler datés (l’allusion aux Guignols en tête) mais sur le fond comme sur la forme ce disque demeure une œuvre d’art (de rue ?) rare, à part, inégalée dans le paysage du rock français et qui continuera longtemps à sauver des vies, la mienne pour commencer.

Tracklisting et crédits
Volume 1 (album) :

1/ De la neige en été
2/ Il faut
3/ Les angles
4/ Une histoire de séduction
5/ A découvrir absolument
6/ 365 jours ouvrables
7/ Dernier étage
8/ La maman et la putain
9/ Un instant précis
10/ Blank generation

Volume 2 (rares et inédits) :

1/ La réincarnation c’est l’avenir
2/ C’est presque trop beau
3/ Flood
4/ A découvrir absolument [remix version] 5/ Quelque chose pour hier soir
6/ Do you wanna have a party ?
7/ A côté
8/ Autre chose
9/ Tous les mots disent la même chose
10/ Local 16 studio
11/ Et si nous n’avions pas été là l’histoire aurait été la même mais racontée par d’autres (avec Daniel Darc)

Crédits volume 2 :

1 : inédit issu des sessions de #3
2, 3 & 4 : parus sur A découvrir absolument EP (1996)
5 & 6 : parus sur 365 jours ouvrables EP (1997)
7 : paru sur la compilation Lithium Douze inédits #1 (1997)
8, 9 & 10 : parus sur le split EP avec Manta Ray La última historia de seducción (1997)
11 : paru sur la compilation Comme un seul homme (1997)

Ecouter Diabologum - #3

Ecrits aussi par matthieu malon

Suuns – Hold / Still
[Secretly Canadian / Differ-Ant]

Pas d’autres solutions que le track by track pour parler d’un disque...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *