Lescop : qui a tué David Palmer ?

LescopTrès Twin Peaks. Très Daniel Darc. Très léger. Le retour de Lescop fait partie des assez bonnes nouvelles de la semaine. Son nouvel album, Echo, sortira en octobre. Mathieu Peudupin, son vrai nom, vient de sortir un nouvel extrait enclippé intitulé David Palmer du nom du personnage qui va animer l’ensemble de ces nouvelles chansons. Pour ce deuxième album, l’ancien Asyl met en avant ses pas dans ceux d’un jeune homme dingo pour une errance (nocturne ?) où il croisera vraisemblablement (c’est ce qu’annonce le teaser) le désespoir et l’amour. Jusque là, rien de très nouveau sous le soleil si ce n’est cette annonce (qu’on ne s’amusera pas à interpréter – mauvaise ou bonne nouvelle) d’un album-concept. Dans ce registre là, ça passe ou ça casse bien souvent. La prise de risque est forte et David Palmer ne fait pas grand chose pour nous rassurer.

Le premier titre est avenant, très variété, avec ses chœurs et ses sifflets. La matrice electro-post-wave est encore en place avec une basse précise et une rythmique très années 80, mais le single évolue très clairement dans un registre de pop légère et cinématographique. La voix semble mixée assez bas et surtout d’une faiblesse qui souvent condamne notre appétit pour la pop française. La voix de Lescop fait presque ici passer Etienne Daho, Jean-Louis Murat et Daniel Darc pour les trois Ténors. Du coup, et même sur 3 minutes, l’attention tend à fléchir et l’esprit à s’échapper. Le texte, pas inélégant, taquine trop souvent le cliché pour évoquer autre chose qu’une folie de poésie, fantasmée et appliquée. On demande à voir.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
The House of Love / A State Of Grace
[Cherry Red Records]
On a toujours gardé beaucoup de tendresse pour le travail de Guy...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.