Alain Chamfort / Le désordre des choses
[Pias Le Label]

8 Note de l'auteur
8

Alain Chamfort / Le désordre des chosesLe bel Alain parcourt les décennies avec la même distance dandy, le spleen léger et les mots justes. Car Chamfort, tout à son honneur, reste présent. On a beau collectionner ses albums depuis, disons, 1981 et l’éternel Amour année zéro, la lassitude n’est guère de mise. Oh, certes, le précédent, sobrement baptisé Alain Chamfort, manquait de punch, de cette fausse désinvolture qui rend aujourd’hui l’auteur de Bambou définitivement pygmalion. Ce nouvel album, au titre éminemment chamforien (Le Désordre des choses), replace l’artiste au rang des meilleurs amis.

De ce disque délicat, intime, ciselé, ressort d’abord l’exquise des textes. Questionnant la vieillesse et son propre héritage musical (« la poussière, les rayures, tout est sur la figure »), Chamfort constate avec amusement. Pas question de s’auto-apitoyer, d’insister lourdement sur les rides ou la peur de la mort. Non : l’élégance chamforienne préfère décrire la logique des choses : « des conséquences suivent les causes, l’univers virtuose qui compose », « exister c’est incongru, est-ce l’œuvre du hasard nu ou celle d’un dieu qui tâtonne », « la vie nous arrive en attendant ; quoi, on ne sait pas bien exactement, alors on attend en attendant ». Si le temps ne possède aucune emprise sur la grâce Chamfort, le tact du compositeur, façon Leonard Cohen, Neil Tennant et Bryan Ferry, lui permet également d’acquérir un point de vue très zen, très pur, sur des sujets graves. Rarement des textes français aussi profonds ne s’étaient enrobés d’une telle malice, d’une acceptation aussi gentleman. Romantique Alain, forever

Musicalement, Le Désordre des choses est du très bon Chamfort. Du grand Chamfort, même.   A l’écoute des imposants Tout est Pop (tube !) et En Attendant (second tube !), reviennent en mémoire ces années où Alain Le Govic composait de l’électro-pop avant tout le monde. Bizarrement toujours en connivence avec les Pet Shop Boys, Chamfort visualise aujourd’hui de la dance qui assume le poids des ans, les changements d’époque, le souffle de l’éternité (tels les derniers PSB). Et il a bien raison : cette conscience (très apaisée) de l’heure fatidique, de l’horloge qui tourne, lui permet de s’en amuser, de l’assumer avec une jeunesse reconduite (mais Chamfort a-t-il un jour été vieux ?) – jusqu’à s’identifier à une salamandre !

Un peu folk, souvent électro, parfois dans les nuages (Linoléum, qui conclut logiquement l’album, est un nouveau sommet dans la discographie d’Alain), Le Désordre des choses est bien plus profond, bien plus touchant, bien plus simple aussi, que les délires faussement labyrinthiques des derniers Daho et Dominique A.

Chamfort nous rappelle ici une chose évidente : l’honnêteté envers soi-même conduit naturellement vers des chansons n’ayant jamais besoin de se prétendre plus fortes que l’auditeur. Voilà également pourquoi nous aimons Alain Chamfort depuis toujours, et pourquoi il reste notre fidèle : il ne triche ni ne fabule jamais, il écrit des albums qui nous ressemblent souvent…

Alain Chamfort – Les microsillons

Tracklist
01. Les microsillons
02. Le désordre des choses
03. Exister
04. Tout est pop
05. En attendant
06. Les salamandres
07. En regardant la mer
08. Sans haine ni violence
09. Palmyre
10. Linoléum
Écouter Alain Chamfort - Le désordre des choses

Liens
Ecrits aussi par Jean Thooris

Death Cab for Cutie / Thank You for Today
[Atlantic Records]

L’écologie peut bien se retrouver brocardée par les institutions, le peuple universel...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *