Mort de George Martin : l’homme qui a inventé Ringo Starr

George Martin et Ringo StarrL’annonce de la mort de George Martin, le « 5ème Beatles » comme on avait coutume de le surnommer, a été largement commentée partout. Comment il a découvert les Beatles lors d’une audition et comment il les a signés bien que les ayant trouvés assez horribles. On connaît souvent plutôt bien la suite : le succès, le long compagnonnage entre cet amoureux de Rachmaninov et les membres du plus grand groupe du monde. Une fois le groupe séparé, George Martin continuera à oeuvrer en coulisses établissant entre autres les fameuses compilations Rouge & Bleue qui servent souvent de marche-pied vers l’œuvre du quatuor de Liverpool. Collaborateur régulier de Paul Mc Cartney jusque dans les années 80, George Martin entretenait aussi un relation tout à fait particulière avec Ringo Starr qu’il est amusant de rappeler aujourd’hui.

Indirectement, c’est Martin qui « inventa » Ringo au sens où il poussa le groupe à se séparer de son premier batteur (celui qui passa l’audition fameuse en juin 1962), Pete Best, parce qu’il ne le trouvait pas assez bon. Le groupe dénicha alors le fameux (professionnel) Richard Starkey auprès d’un groupe concurrent, Rory And The Hurricanes, dans un mouvement qui allait se révéler le plus génial de leur jeune carrière. Evidemment, Ringo, tout le monde allait s’en apercevoir, n’était pas aussi bon qu’il en avait l’air au point que George Martin estima, pas plus tard qu’en septembre 1962, qu’il était impossible de faire jouer ce type sur le premier enregistrement du groupe.

L’histoire ne dit pas si Martin condamnait alors le niveau général de Ringo ou s’il n’appréciait juste pas sa manière de jouer sur ce titre. Martin, encore, engagea alors sur le pouce un 3ème batteur (enfin un autre), Andy White, pour venir graver sur disque le single Love Me Do, qui lança la carrière du groupe. Dès lors, se noue une relation tout à fait particulière entre Martin et Ringo Starr qui durera toute leur vie, mélange de défiance et d’intimité, de respect et de paternalisme.

Ringo progressa dans son domaine. George Martin, en grand artisan du son des Beatles, couvrit probablement ses bévues en recouvrant nombre de ses prises par des prises alternatives enregistrées (selon la légende) par Mc Cartney lui-même ou par d’autres musiciens. Après l’épisode Andy White, Ringo Starr ne fut plus jamais tenu à l’écart officiellement d’un enregistrement du groupe, prenant même une place « à part » dans le coeur des fans au fil des années et de l’image qu’aidèrent à façonner de lui les apparitions publiques du groupe. Martin avait dû se rendre à l’évidence  comme chacun le sait : Ringo était le vrai génie du groupe, le Kaizer Söze de Liverpool, celui qui tissait dans l’ombre les destinées du quatuor en faisant croire que Lennon et Mc Cartney signaient toutes les compositions (ou presque). Mais c’est une autre histoire.

Bien entendu c’est d’ailleurs Ringo, que Martin avait aidé à enregistrer son premier album solo, qui a le premier annoncé sur twitter la mort de son ami. Plein d’émotion.

Mots-clés de cet article
, , , , ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

The Catenary Wires : l’héritage twee pop se porte bien

Avec le deuxième album de The Catenary Wires, ‘Til The Morning, c’est...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *