Notre (nouvelle) étoile du Nord s’appelle Oracle North

Oracle NorthAu rang des potentiels « next big thing » – ou plus certainement, des découvertes personnelles les plus excitantes du moment -, on a jeté notre dévolu sur Oracle North.

Joie de la magie du web 2.0 : le message annonçant la sortie du EP Communion en toute fin 2015 s’est retrouvé perdu au milieu de la masse, dans la rubrique « vu les noms jetés en pâture dans le communiqué de presse, si j’ai 2 minutes, faut quand même que j’aille écouter ». Et c’est vrai qu’il est prometteur et foutrement bien ce morceau – les deux autres qui constituent le EP publié par Fake Meat Studios n’apportent pas grand chose en revanche.

Mais c’est bien avec le nouveau morceau Underzone désormais en ligne que le groupe de Stockholm est devenu la toquade du moment. La recette est éculée, le son est très ostensiblement référencé et tous les éléments en présence ici sont connus : basse à hauteur des genoux, batterie à la traîne, voix pleine de morgue et synthés vintage. Oracle North agrège les gimmicks post-punk-new-wave en les étirant, les délayant, les malaxant et en y collant une jolie patine contemporaine. On peut qualifier ça grosso modo de darkwave. Comme chez leurs voisins Lust For Youth qui œuvre dans le même registre de l’autre côté de l’Øresund : rien de neuf et il sera vain de dresser in extenso la liste des influences / références.

Oui, mais voilà, le quatuor a ce supplément d’âme qui transcende le truc, pousse à écouter encore et encore Underzone et Communion et cliquer comme un névropathe pour essayer d’en savoir plus sur le groupe.

D’ailleurs après recherche, on a pu apprendre que le groupe s’appelait autrefois The Touch et apparaît sur un single numérique pour la maison Kitsuné. Olov Andersson a aussi figuré sur deux compilations de la célèbre enseigne parisienne sous le nom de Liquid Scarlets.
Bon, donc, il y a de fortes chances que Oracle North ait le réseau qui lui permette de faire parler de lui.

Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

The Gentleman Losers / Make We Here Our Camp Of Winter
[Sound In Silence]

Il y a treize ans (déjà) que nous avons croisé pour la...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *