a.s.o / a.s.o
[Low Lying Records]

7.3 Note de l'auteur
7.3

a.s.oC’est january, c’est trip-hop. Plutôt que d’arrêter l’alcool ou d’en réduire sa consommation, l’un des réflexes habituels de l’amateur de musique indé est de ressortir, pour calmer ses excès, un bon disque de trip-hop. Écouté en pyjama avec une gueule de bois à la main, un bol de soupe trempé de céréales, le trip-hop est le genre qui est le plus efficace pour se refaire une attitude poétique et tournée vers demain. Cela tombe bien, le genre se porte bien au point qu’il nous envoie de nouveaux représentants à l’image des Berlinois branchés d’a.s.o. Le disque (baptisé lui aussi a.s.o) est sorti il y a plusieurs mois mais vient de s’échapper de notre liste de lecture au point qu’on voulait en dire quelques mots de saison.

Comme dans les livres d’école, a.s.o est un duo femme-homme composé d’une jeune femme qui chante et écrit les morceaux, Alia Seror O’Neill (vous aurez ainsi noté l’origine du nom a.s.o…), et d’un producteur Lewie Day. Comme dans les livres d’école, la jeune femme est belle à tomber et dotée d’une voix (et d’une écriture) craquante qui vous donne envie de quitter femme et enfant(s) immédiatement pour fumer des joints sensuels sous les ponts. Le producteur est invisible, obscur mais délivre des beats ultra mainstream ouatés et riches en basses, dans la pure tradition du genre. La musique d’a.s.o passe ainsi assez près de la perfection, puisqu’elle suit de très très près le manuel du parfait album trip-hop. Les morceaux sont bien écrits, bien charpentés, puissants et suffisamment variés pour qu’on ne s’ennuie jamais. Il plane sur le disque un sentiment d’étrangeté et de distance qui donne au tout des aspects mystérieux et ténébreux qu’il ne mérite sûrement pas mais on déroule ces 11 morceaux avec un plaisir cotonneux et subtilement léthargique. Qui n’aimerait pas s’éveiller sur un My Baby’s Got It Out For Me ou encore rêver à une partie de jambes en l’air (pas trop tout de même) sur le Sadien Love In the Darkness. On fond sur Falling Under, qui rappelle un mélange de Massive Attack et de Morcheeba et on se laisse baigner par les ambiances cafardeuses de Understand ou du très joli et final Somebody.

Ce premier album de a.s.o est un disque sur lequel on a absolument rien à dire de mal, si ce n’est qu’il est exactement à la hauteur de ce qu’on attendait, pas vraiment surprenant, pas du genre à vous tirer en dehors de votre zone de (ré)confort. C’est un album qui sonne comme la parfaite réplique de nos souvenirs les plus chauds et riches d’écoutes passées, une réplique chaleureuse, hautement professionnelle d’une musique qui détend, émoustille, berce, dorlotte. Il est si bien fait qu’il agit sur nous comme un baume et un rêve à la fois. Si bien qu’on pourrait tout aussi bien l’avoir oublié au réveil… si on n’avait pas pris soin de prendre quelques notes dessus.

Tracklist
01. Go On
02. My Baby’s Got It Out For Me
03. Rain Down
04. LITD part 1.
05. Love In the Darkness
06. Cold Feeling
07. True
08. Falling Under
09. Thinking
10. Understand
11. Somebody
Lien
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
The Acharis fait frissonner Jésus (de plaisir)
Cela faisait quelques années qu’on avait pas eu de nouvelles du duo...
Lire la suite
Join the Conversation

1 Comments

  1. says: Li-An

    C’est vraiment du trip-hop dans le pur classicisme. Du coup, on ne peut pas en effet dire que ça explose la tête. C’est un genre qui n’encourage pas trop l’expérimentation en ce moment, on dirait – et c’est dommage parce que c’est un genre que j’aime bien réécouter.

Leave a comment
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *