Clip du mois 2 : Agar Agar grandretourne avec Trouble

Agar Agar - Trouble

On a jamais caché notre fascination pour les deux têtes chercheuses d’Agar Agar. Notre coup de cœur remonte déjà à 2016 et un peu avant, à l’époque de leur premier EP, et s’est exprimé jusqu’à accueillir avec moultes louanges leur premier LP, le formidable The Dog and the Future, il y a quatre ans.

Pas étonnant dès lors qu’on offre à leur grandretour en musique et en images, après trois années d’absence, un nouveau label (le 2ème ce mois-ci après celui décerné à la Droogz Brigade pour le Festin) de « clip du mois ». La mention ne rapporte pas de pognon ni de lauriers, mais récompense l’excellence de ce Trouble que l’on attendait avec impatience. Clara Cappagli et Armand Bultheel y signent avec leur aisance habituelle, c’est-à-dire « les doigts dans le nez et les orteils en éventail », un petit bijou slacker synth pop, électro-entêtant, qui marie à leur intensité joueuse habituelle, une sorte de langueur pleine d’ennui et de sensualité. Trouble parle de prison et de ce sentiment d’enfermement qu’on a tous ressenti ces derniers mois à l’épreuve des faits. Il parle de l’ennui et de la lassitude, de la frustration qu’on ressent lorsqu’on éprouve les limites de sa propre vie. Il parle dans un dernier mouvement élégant et racé, où le crescendo est pourtant déjoué dans un système de boucles arty, de la possibilité de s’échapper et de se fondre dans l’infini ambiantiel des éléments.

Agar Agar est égal à lui-même : naturellement simple et sophistiqué, nativement affecté et infiniment libre, comme si les postures arty, les jeux de couleurs ne témoignaient d’aucun intellectualisme mais s’exprimaient de façon instinctive pour donner libre cours au coeur et à ses manifestations. Le final (computer et larmes) est un point d’interrogation qui nous invite à aller voir le futur disque, mais aussi à explorer l’univers du jeu vidéo conçu par les deux artistes ces dernières années. Le clip de Trouble, réalisé par Mélanie Courtinat et Jonathan Coryn, nous présente en effet l’univers graphique (et 3D) du jeu qui accompagne/précède ou constitue le complément du futur nouvel album. Ce n’est ni la première fois, ni la dernière qu’on voit ça mais la poursuite d’un disque/jeu d’art total et d’un projet artistique multimédia en 2022 est un acte téméraire qui nous va droit au cœur.

Agar Agar sera d’ailleurs en concert cet été et en septembre sur quelques dates (le Play test tour) histoire de se donner en spectacle et de permettre aux fans de jouer à la version bêta de son jeu. Si l’on résume, cette affaire là est une des plus excitantes du moment. Il faut que ça se sache. A vos joysticks, branchez…

Crédit visuel : capture d’écran du clip.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Robert Smith joue 17 Seconds dans son garage (pour la bonne cause)
Robert Smith est notre héros. Peu importe la date de sortie du...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.