Attentats parisiens : la pop répond présente de U2 à Madonna

U2 BataclanEntre annulations, reprogrammations et hommages scéniques, le monde de la pop et du rock a largement répondu présent, comme l’ensemble du monde occidental, pour s’offusquer, pleurer ou rendre un hommage vibrant aux victimes des attentats du weekend dernier.

Parmi les réactions notables, et qui nous concernent un peu plus que les autres, on aura noté celle impeccable de New Order lors de son récent concert londonien. Bernard Sumner a lancé un très déterminé « Vive la France! » en intro à son titre Singularity qui ouvrait le concert, tandis que la scène prenait derrière lui les couleurs du drapeau français. Même méthode ou presque du côté de Morrissey en tournée en Amérique du Sud qui a fait une belle et brève déclaration d’amour au pays et dénoncé la violence, avant de se lancer dans l’interprétation de I’m Throwing My Arms Around Paris. Fond de scène aux couleurs bleu, blanc, rouge également. L’ancien The Smiths a également demandé à Universal Music de ressortir en single ce titre de circonstances (emblématique de son amour pour la capitale parisienne, même s’il ne parle que de solitude et d’amours déçus). Réponse d’Universal : non, merci. On planche déjà sur un album tribute avec des signatures fraîches et des artistes plus bankables. Merci d’avoir proposé néanmoins.

Tout le monde n’ayant pas la chance d’avoir une chanson du répertoire appropriée aux circonstances, certains, comme Madonna, on choisit de faire couleur locale. La chanteuse a ainsi ajouté un morceau de Piaf en acoustique (qu’elle chante régulièrement du reste) à son répertoire du soir pour verser son écot aux célébrations. L’intention est meilleure que l’interprétation. Tout naturellement, il n’y a pas eu un groupe qui n’a pas tenu des propos solidaires avec l’épreuve traversée par l’Hexagone : Coldplay, U2, qu’on a vu se recueillir près du Bataclan au sortir de ses concerts parisiens, etc. Les Irlandais ont d’ailleurs intégré fissa à leur set une splendide version de City of Blinding Lights dédiée à la beauté de la capitale parisienne. Du grand art et beaucoup d’émotion.

Du côté de la pop souterraine, on signalera pour terminer le joli, magnétique et angoissant morceau concocté par Stephen Jones aka Black Reindeer aka Arthritis Kid (ex-Babybird) et intitulé Le problème impossible. Composé et proposé à la suite des attentats, le titre se veut une « réflexion » sur le terrorisme plus qu’un véritable hommage. Il concasse littéralement dans un titre privé de mélodie et d’harmonie un enregistrement de la Marseillaise entonnée par les supporters de Wembley à l’occasion du match de football Angleterre-France de mardi dernier. Intéressant.

Côté français, outre les hommages unanimes, on se doit de signaler le titre Mourir à Paris, lancé dans la mêlée par les punks ou anciens punks des Béruriers Noirs, reformés pour l’occasion. Le titre a des paroles ultra signifiantes mais n’est pas très réussi. La qualité n’est pas forcément du reste ce qu’on recherche en premier dans ce genre de compositions.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Chris Conde : le dernier gay avant la fin du monde

Auteur d’un premier album de hip-hop très remarqué, le texan Chris Conde...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *