Drôles de dames, la chanson Naufrage avec Ariana Grande, Miley Cyrus et Lana Del Rey

Ariana Grande, Miley Cyrus, Lana Del Rey - Don't Call Me AngelLa production du film Drôles de Dames (le reboot), Charlie’s Angels en anglais et… en français désormais, vient de révéler la GRANDE chanson figurant sur la bande originale du film qui réunira rien moins que Kirsten Stewart, Naomi Scott et Ella Balinska. A film glamour, BO glamour puisque ce sont trois des chanteuses les plus en vue de la pop américaine et de la pop tout court qui entonnent ce fougueux et désagréable Dont Call Me Angel soit la power girl Ariana Grande, la petite fiancée trash de l’Amérique Miley Cyrus et la déesse hipster en plastique Lana Del Rey.

La musique est nulle, les paroles sont ineptes et le clip d’une belle esthétique glamdég (pour glamour dégueu), un vrai beau travail venu tout droit des années 80 qui en dit long sur les forces à l’œuvre autour du reboot de cette franchise.

A ce stade, c’est vraiment prendre les gens pour des imbéciles. Le titre est beaucoup trop rapide, les parties ne sont pas équilibrées du tout et la production aseptise et neutralise le peu d’intérêt qu’on pourrait y trouver. A décharge, on imagine que le cahier des charges devait être assez précis avec une volonté de « rendre compte » littéralement des personnalités ou archétypes des chanteuses renvoyant en miroir aux personnages du film : Cyrus joue la rebelle (ce qui lui va assez bien) en mode ring et sexualité débridée, Lana Del Rey à peine sortie de la léthargie de son médiocre Norman Rockwell On T’Encule fait son pénible numéro de prêtresse alanguie sous Tranxène tandis que Ariana Grande joue… les utilités.

Les trois segments sont assemblés en un titre unique, enrobé dans un prélude et une conclusion à trois aussi passionnante qu’un spectacle de fin d’année au Collège des Trois Faisanes. Il faut que l’époque soit sacrément décadente et en manque de stars pour se donner ce type de spectacle. Dont Call Me Angel est le truc le plus naze, vulgaire qu’on a entendu depuis un bail, un morceau à faire désespérer les foules de la capacité des majors à produire des musiques populaires de qualité en appui de leurs mégaproductions.  Telle BO = tel film, on pourra ou pas vérifier l’adage au cinéma mais on ne met pas un centime sur la qualité de cette atrocité.

Affiche Charlie’s Angels 2019

Charlie's Angels 2019

Mots-clés de cet article
, , ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Neil Young With Crazy Horse / Colorado
[Reprise Records / Warner Music]

« If i’d tell you what i see, you might not believe me....
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *