Pauline Drand chante l’après confinement avec subtilité

Pauline DrandAprès avoir repris les inusables Mots Bleus du très regretté Christophe et posé sur sa guitare Les mains d’or prolétaires du bourlingueur Bernard Lavillier, Pauline Drand a livré une chanson toute neuve conçue et émise avant la fin officielle du confinement.

Intitulé Comme c’est étrange, ce poème folk (lire le texte) fantasme avec beaucoup de subtilité et de délicatesse l’après du repli salvateur (mais sous surveillance) que nous venons de vivre (et que nous vivons encore un peu). La jeune femme écrit comme toujours avec un raffinement dénué d’affèterie l’espoir d’un printemps radieux et qui sait, d’un amour heureux. Et se surprend même, chante-elle, à rêver de filles en robe.

Comme c'est étrange

Comme c’est étrangeComme le monde s’arrangeEt je me surprends à rêverDe filles en robeDe limonadesPrises sur le pavé mouilléD’une pluie qui nous surprenneÀ l’étéOh dis-moi Dis-moiLe temps qu’il feraQuand on sortiraEst-ce qu’on Oubliera ?Comme je les voisCes balles prises dans les filetsCes gamins qui défient les loisDe leurs pieds Qui ne voit pas Le soleil indécent qui frappeSur nos parloirs, sur nos débatsSur nos ébatsOh dis moi Dis moiLe temps qu’il feraQuand on sortiraEst-ce qu’onOubliera ? Et siLe temps même n’arrête pasLe ravage sur Nos peaux éloignées de toutDe nousL’espoir me guetteD’une histoireD'une histoire Et siCruels se dressentDes draps tendusSur nos chambres et l’axe des ruesEn nousSe trame une quête D’une histoireD’une histoire qui aurait son sens alors Notre histoire Comme c’est étrangeComme le monde s’arrangeEt je me surprends à rêverDe filles en robe

Publiée par Pauline Drand sur Samedi 16 mai 2020

C’est à la demande générale que Pauline proposa finalement la version intégrale du titre. Une première version, perturbée par la pluie, avait été diffusée quelques jours plus tôt.

Publiée par Pauline Drand sur Samedi 9 mai 2020

L’artiste a intégré Popklore, la dernière compilation diffusée par La Souterraine avec une chanson superbe baptisée Astre Clair.

Texte de Comme c'est étrange
Comme c’est étrange
Comme le monde s’arrange
Et je me surprends à rêver
De filles en robe

De limonades
Prises sur le pavé mouillé
D’une pluie qui nous surprenne
À l’été

Oh dis-moi
Dis-moi
Le temps qu’il fera

Quand on sortira
Est-ce qu’on
Oubliera ?

Comme je les vois
Ces balles prises dans les filets
Ces gamins qui défient les lois
De leurs pieds

Qui ne voit pas
Le soleil indécent qui frappe
Sur nos parloirs, sur nos débats
Sur nos ébats

Oh dis moi
Dis moi
Le temps qu’il fera

Quand on sortira
Est-ce qu’on
Oubliera ?

Et si
Le temps même n’arrête pas
Le ravage sur
Nos peaux éloignées de tout

De nous
L’espoir me guette
D’une histoire
D’une histoire

Et si
Cruels se dressent
Des draps tendus
Sur nos chambres et l’axe des rues

En nous
Se trame une quête
D’une histoire
D’une histoire qui aurait son sens alors

Notre histoire

Comme c’est étrange
Comme le monde s’arrange
Et je me surprends à rêver
De filles en robe

Liens

Crédit photo : Pauline Drand.

Mots-clés de cet article
,
Ecrit par
Ecrits aussi par David B

Indochine fêtera ses 40 ans dans les bacs et dans les stades

Indochine, le groupe français le plus populaire et fédérateur du pays vient...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *