A Movement Of Return / Half Sin Half Life
[Monopsone / Les disques normal]

A Movement Of Return / Half Sin Half LifeBelle année pour l’électro française. Car si, en 2015, la chose rock «  de chez nous » s’est trop souvent cantonnée aux murs shoegaze ou à la dérive psyché, les laborantins et les férus synthétiques ont offert une musique aussi cérébrale qu’issue du cœur. De BBH à Ichliebelove, de Blackmail à L’Ordre d’Héloïse (sans parler du formidable Lost Tracks Vol.1 de Miss Kittin & The Hacker dont les morceaux remontent à… 97/99), l’électro frenchy se dédouane d’encombrantes étiquettes (jungle, house, acid…) pour rallier la cause de la chanson, d’une cold épanouie ou d’un apport new wave sans frime ni costume bigarré. Actuellement, en effet, le frisson rock ne se trouve plus dans les guitares (du moins, pas toujours) mais dans les claviers et la boite à rythmes.

Dernière confirmation / sensation, le nouveau projet de Frédéric Parquet (ex Mechanism For People) et premier de la série Microcircuit lancée par le label Monopsone (un disque acheté, un d’offert). A Movement Of Return (AMOR, pour les intimes), avec le fascinant Half Sin Half Life, envisage un pur disque de rock selon des tournures majoritairement électroniques. Car si l’axe Joy Division / MBV se retrouve ici à table, il n’est qu’un invité, certainement pas une finalité (sur ce point, il faudrait conseiller AMOR à tous les musiciens triturant leurs grattes comme si le tempo rock s’arrêtait à décembre 91). Il en va de même pour les quelques bribes new wave entendues ici et là : elles ne constituent jamais l’ossature du morceau, au contraire permettent-elles à Frédéric Parquet un surplus d’émotion, un insert au centre d’un plan déjà défini.

A l’instar de tout songwriter, Frédéric Parquet possède donc des références. Inversement à beaucoup, il ne s’agit guère, chez lui, de jouer la carte allégeance ou l’hommage cache-misère. Half Sin Half Life détient une vision, un regard forcément autobiographique. C’est à la musique de venir nourrir les desseins (parfois sombres, souvent résignés) du compositeur, et non à celui-ci de chercher un état d’âme dans les souvenirs post-punk adolescents. De ce constat, le premier A Movement Of Return mérite son étiquette d’œuvre intimiste, limite labyrinthe mental. Pourtant, à aucun moment il ne sera question de claustrophobie ou d’alliances désabusées. Frédéric Parquet n’a plus l’âge de jouer à se faire peur (et nous, d’ériger les complaintes dark en étendards psychanalytiques). On adore Half Sin Half Life pour cette raison : l’auteur a depuis longtemps pactisé avec ses propres démons, mais en extirpe le soyeux nectar de la douce et vivable mélancolie…

Tracklist
01. Everlasting
02. Touch
03. Diamond Tears
04. Scan In Depth
05. Heaven=8
06. Think Or Swim
07. Blue Areas
08. Freaky Boy
09. Moutains
Ecouter A Movement Of Return - Half Sin Half Life

Liens
Ecrits aussi par Jean Thooris

[Chanson culte #28] – Girls & Boys : Blur squatte l’été 94

« Blur a définitivement raté l’express pour Las Vegas » écrivait Emmanuel Tellier dans...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *