Ça décolle fort pour les Space Dukes

Space Dukes - Clear The AirLa France serait-elle en train de devenir peu à peu la vraie patrie du rock psychédélique ? C’est cette tendance, lourde désormais, que vient à nouveau nourrir l’arrivée sur le marché des Space Dukes, groupe formé sur le tas à Paris de quatre musiciens (nourris au jazz) et qui se seraient rencontrés en École de Musique. Faisant fi des références et des sources, Space Dukes propose un premier EP planant à bien des égards, baptisé Clear The Air.

Il y a énormément de savoir-faire dans ces chansons et une patine luxuriante et luxueuse qui donne une châleur et une couleur exotiques et spatiales au son du groupe. Comme souvent avec l’École française, on se situe dans un psychédélisme pétillant et qui lorgne vers la musique lounge ou la French Touch circa 1960-70, plutôt qu’en direction d’un psychédélisme sec et violent. Blast est une chanson remarquable et à l’amplitude extraordinaire.  Mad Max est plus kitsch et cabotin, avec des morceaux de soul dedans. On se demande toujours un peu ce que vient faire ce genre là chez nous et… aujourd’hui en particulier mais l’ensemble est équilibré et porté par une interprétation cool et décontractée qui n’est pas dénuée de charme.

On aime quand le groupe montre un peu les muscles, s’instrumentalise et joue dans la cour de nos amis psychédéliques italiens de La Batteria. C’est un peu le cas avec The Pit qui fonctionne bien et avec le complètement bath et minitubesque, Hit You, enclippé ci-dessus. On est pas certains que tout ceci soit toujours et partout très consistant, mais l’effet est garanti. Space Dukes respire la classe à l’état brut, la sophistication et l’air des vacances. Ces gars-là doivent tomber les filles et s’enfiler des Martini olives à la chaîne en regardant le ciel. James Bond ou Hubert Bonisseur de la Bath ? Sean Connery ou Jean Dujardin ? C’est ce qu’on recherche et toujours mieux que d’écouter Boris au camping. Encore que….

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.
En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Format / Coryphée
[Araki Records / Atypeek Music]

On croyait le math rock oublié. Mais il résiste et se mélange...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *