50ème Chanson Culte : la série qui ne craint pas la Covid

Elvis - Jailhouse RockLe 18 août 2018, nous mettions en ligne notre 30ème Chanson Culte avec le Common People de Pulp. Deux ans plus tard quasi jour pour jour, nous en ajoutons 20 de plus, à raison d’une par mois en moyenne et bouclons notre numéro 50 avec un développement sur Tostaky de Noir Désir. Entre chanson française et internationale, entre les époques et les genres, rock majoritairement mais aussi rap, électro ou plus pop, les Chansons Culte se consomment sans modération pour tout connaître ou tout savoir (ou presque) de l’importance et des dessous de vos tubes préférés… ou pas.

Histoire de marquer le coup et de profiter de l’été, propice à ce genre de rétrospectives, on vous remet la liste complète du n°1 au n° 50 en annonçant que le numéro 51, déjà prêt, sera consacré à Nude As The News de Cat Power. Série en cours. On en profite pour rappeler que la série est désormais accessible directement par le menu ou par son mot clé, ici.

N’hésitez pas à passer commande et à nous suggérer des titres qui mériteraient, selon vous, un traitement dans les prochains mois.

50. Noir Désir, Tostaky (1992)

49. Cruel Summer, Banarama : trois Pet Shop Girls (1983)

48. Glory Box de Portishead : le coup parfait (1994)

47. Ring The Alarm de Terry Saw : Black Lives Matter au dancehall (1985)

46. Cant Stand Me Now des Libertines : un beau roman d’amitié (2004)

45. Dry : Et dieu créa PJ Harvey (1992-93)

44. Loser de Beck, les bobos et la win du jour d’après (1993)

43. De la Neige en été de Diabologum (1996)

42. L’ange déchu de Murat ou le Poète Suprême (1989)

41. Tainted Love de Soft Cell, le tube nommé désir (1981)

39 & 40. I Wanna Be Your Dog /1969, Quand les Stooges inventaient l’ennui et la fureur

38. Everyday Is Like Sunday, Morrissey et les derniers jours de l’Angleterre (1988)

37. Tonight We Fly : Divine Comedy et son philtre d’amour (1994)

36. Psychokiller des Talking Heads, maintenant tout le monde aime les serial killers (1977)

35. Last Christmas de Wham! : anatomie de la chanson de Noël (1986)

34. Smack My Bitch Up de Prodigy : classes techno, classes dangereuses (1997)

33. Until She Comes permet aux Psychedelic Furs de survivre au mercantilisme 80s (1991)

32. Telstar de Joe Meek, la chanson du futur et du meurtre de Miss Sheldon (1962)

31. You’re Gorgeous de Babybird, le tube qui tue (même son auteur) (1996)

30. Common People de Pulp ou la (fausse) lutte des classes (1995)

29. Invisible Touch de Genesis : vous aimez Phil Collins ?(1986)

28. Girls and Boys : Blur squatte l’été 94 (1994)

27. Non, non, non, non, je ne suis plus saoul : Miossec est déjà un survivant en 94 (1994)

26. Mexican radio : Wall of Voodoo et le porno (1982)

25. Little Red Corvette, Prince sur l’autoroute du plaisir (1982)

24. Beautiful Freak de Eels : quand l’émotion renverse le rock indé (1996)

23. the Final Countdown : quand Europe tua le hard rock pour toujours (1986)

22. Elle m’oubliera : Aline coupe le cordon Felt (2010)

21. Blueberry Hill, la naissance du frisson rock de Fats Domino à Poutine (1956)

20. Wonderwall d’Oasis, la chanson qui a sauvé le monde (et tué Noel Gallagher) (1995)

19. Comanchero, Comanchero, oh : l’indien rital qui inventa la new wave (1984)

18. Into The Groove ou l’irrésistible foufoune de Madonna (1984)

17. Lazarus : quand les Boo Radleys envisageaient la pop du futur (1993)

16. I Want Your Sex, quand George Michael nous faisait l’amour (1987)

15. Bitter Sweet Symphony de The Verve, 20 ans avant la fin d’un monde (1997)

14. Ice Ice Baby : le jour où l’industrie a inventé le le hip-hop (1989)

13. Temper Temper : Goldie se rêve en monarque (1998)

12. Lenny Valentino : The Auteurs emmerdent l’Angleterre (1994)

11. J’ai Vu : Niagara après Berlin (1990)

10. Barrel of A Gun : Depeche Mode hors mode (1997)

09. When Will I Be Famous de Bros, un morceau prophétique (1988)

08.With or without U2 : le morceau qui a inventé U2 (1987)

07. Hungry Like The Wolf : faut-il intenter un procès à Duran Duran (1982)

06.  Relax : y a-t-il un motard pour sauver Frankie (goes to Hollywood)(1984)

05. Nijinsky, quand Daniel Darc tombe le masque (1994)

04. Dont You (Forget About Me), quand Simple Minds devient populaire (1985)

03. Just Like Heaven, Quand Cure célèbre l’amour (monogame) (1987)

02. And The Band Played Waltzing Matilda, l’arme anti-guerre

01. Sonic Reducer – l’hymne secret du punk américain (1977)

Illustration : Elvis Presley in Jailhouse Rock (Pixabay)

Mots-clés de cet article
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Sophia – Holding On / Letting On
[The Flower Shop Recordings]

On y va comme on entrerait dans une cathédrale. Le regard balaie...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *