Étienne Daho / Tirer la nuit sur les étoiles
[Barclay]

6 Note de l'auteur
6

Étienne Daho - Tirer la nuit sur les étoilesDommage pour les grandes sœurs des années 1980 : le douzième album studio d’Étienne Daho peine à convaincre.

D’Éden Étienne, ne pas exiger une totale remise en question ou un départ soudain vers une galaxie lointaine. Ce fut même l’une des forces de l’auteur-compositeur : revenir piocher, à intervalles irréguliers, dans les différents chapitres d’une discographie aujourd’hui majeure. Tirer la nuit sur les étoiles, inversement au précédent Blitz (qui jouait la carte psyché en compagnie du groupe Unloved, présent ici), rejoint cet aspect vampirique puisque s’y retrouvent les symphonies de Corps et Armes, l’électro langoureuse d’Éden ou la pop feutrée de La notte, la notte. De quoi réjouir, voire raviver, toute une daholescence qui se refuserait à vouloir quitter nos vies martiennes d’adulte…

D’où l’étonnement face à un album certes dénué de véritables surprises (rien de grave en soi, donc), mais qui, pour la première fois chez Daho, se résout à la stagnation. Périmètre clos : les chansons recèlent un air de déjà entendu, et les thèmes abordés (le couple, l’Amour, les petits bonheurs et malheurs de l’existence) s’apparentent à un abécédaire Étienne.

Le problème vient également d’une suite de refrains n’engendrant aucune brûlure particulière : à défaut de brasier qui ne s’éteint pas, il faudra se contenter ici d’une brindille enflammée. Car du titre éponyme avec Vanessa Paradis (mignon) au groove patraque de Comme deux aimants, en passant par un Phare englouti, Tirer la nuit sur les étoiles ne fait guère monter la température (tiède) et donne envie de prendre Daho dans nos bras pour le secouer un peu.

Étant donné qu’il s’agit quand même du nouveau Daho (sans rime avec Obispo), ne pas trop noircir le tableau et préciser que l’âge ne cesse d’érotiser cette voix suave, cousine, susurrante. Une tonalité vocale qui sur cet album aurait à nouveau pu servir d’invitation si seulement les chansons n’avaient pas émergé de manière si évanescente, si floue. Un coup pour rien (cela arrive), en attendant le prochain ébat…

Tracklist
01. Tirer la nuit sur les étoiles (avec Vanessa Paradis)
02. Boyfriend
03. Comme deux aimants
04. Les derniers jours de pluie
05. Virus X
06. Respire
07. Le chant des idoles
08. Le phare
09. I’ve Been Thinking About You (avec Jade Vincent)
10. 30 décembre
11. Les petits criminels
12. Roman inachevé
Écouter Étienne Daho - Tirer la nuit sur les étoiles

Liens
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Jean Thooris
PJ Harvey / Dry Demos
[Island Records]
Inutile de revenir sur l’onde sismique provoquée en 92 par le premier...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *