Evening Hymns / Quiet Energies
[Kütu Records / Differ-Ant]

Evening Hymns - Quiet EnergiesParfois l’amour égoïste pour un album fait espérer le pire.

Jonas Bonnetta portait si bien le deuil sur Spectral Dusk, le deuxième album d’Evening Hymns paru en 2012 déjà chez Kütu (Folk Records), que l’embellie significative de Quiet Energies provoque instinctivement une vive contrariété. Alors qu’un voile de brume laissait tout juste entrapercevoir un ailleurs moins sombre, ici, lorsqu’une éclaircie interrompt un crachin persistant, le paysage rassérénant n’offre aucun point de fuite vers l’horizon.

Remis de ses tourments, Bonnetta peut désormais chevaucher la campagne, traverser de larges clairières, parcourir les sous-bois où filtrent les rayons de soleil. Dès l’ouverture, If I Were A Portal, le Canadien emmène un équipage de huit musiciens habitués à se mettre au service de grands veneurs chantants (Timber Timbre notamment) pour battre la campagne avec la frénésie d’une batterie au galop. Aussi bien construite soit cette chanson et celles qui suivent sans coup férir, on reste un peu en retrait et dubitatif face à la métamorphose de ce fin observateur qui surprenait en arrivant sur la pointe des pieds. Evening Hymns revient en quelque sorte à une certaine mélancolie bienveillante, un état dont on le croyait à jamais banni et promis aux tourments intimes. Désormais, Quiet Energies chasse sur les mêmes terres giboyeuses que certaines virées de Damien Jurado ou Bon Iver. Il remplit vite sa besace de mélodies bien troussées mais c’est presque trop facile pour un compositeur de cette trempe. Et puis, en s’enfonçant de plus en plus loin sans se soucier de sa suite, Jonas Bonnetta s’éloigne jusqu’à s’apercevoir qu’il est seul face à ses états d’âme. Sans secours, il perd pied sur Rescue Teams, restant là, seul et immobile, les yeux cherchant dans le ciel une issue. Heureusement, des chœurs féminins célestes, une guitare ronflante et une section rythmique rassurante viennent le sortir du piège. Alors, après l’épique Oh Man You’ll Walk Again And Again, le chanteur barbu ne s’éloigne plus guère, reste dans les cordes (les violons sont omniprésents sur la fin du disque) pour profiter du confort d’une solide et efficace formation de rock classique. Le groupe remplit l’espace le temps de ces chansons qui ne manquent pas de corps – mais un peu d’âme – et vont de l’avant.

Si Quiet Energies est la meilleure chose qui soit arrivé à Jonas Bonnetta, c’est aussi l’épitaphe des moments passés avec Evening Hymns au chevet de notre détresse et nos errements. Désormais, c’est pour sentir l’appel du grand air qu’on écoutera ce disque.

Tracklist
01. If I Were A Portal
02. Evil Forces
03. House of Mirrors
04. Rescue Teams
05. Oh Man You’ll Walk Again And Again
06. Connect The Lines
07. All My Life I Have Been Running
08. Light As A Feather
Ecouter Evening Hymns - Quiet Energies

Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

[EXCLU] – Soft People, un peu près plus près de la lune et des étoiles

On s’est lamenté à propos de la canicule et des rues désertes...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *