Franklin à l’école des pauvres garçons

Franklin - Poor BoyLe prochain album de Franklin aka Frank Rabeyrolles est prévu pour octobre de cette année. Il s’appellera Someone Else. En attendant et en guise de mise en bouche, le génial touche à tout électronique présente le 29 juin un nouveau single, Poor Boy, chanté par la délicieuse Sarah Lucide et qui fait la part belle à la délicatesse.

Poor Boy est un modèle du genre, petite miniature précise et faite « comme à la maison », mélange d’électro de chambre, d’électronica bidouillée et de poésie enfantine. Ce quatrième album de Franklin, l’un des nombreux side-projects de Rabeyrolles, succède au Cold Dreamer de 2014 et devrait évoluer dans les mêmes eaux, mettant l’accent, cette fois, sur les duos masculin-féminin et ce genre de résonances fantomatiques qui donnent envie de flotter entre ciel et terre. Claire Martine signe, pour ce titre, une pochette qui résume à elle seule parfaitement l’ambiance dans laquelle on baigne ici : un flou adolescent où se mêlent souvenirs d’enfance, légèreté et aspiration à s’élever.

Il y a une forme de magie originelle dans certaines compositions de Rabeyrolles, une fragilité qui se dégage de la pureté de l’intention poétique ainsi qu’une évidente mélancolie. L’électronica frémit et tremble comme ces vieilles lentilles de cinéma, faisant frissonner les motifs d’envie et de plaisir. Franklin renonce sur chaque note à l’évidence, au rebond qui égaye pour concentrer ses (faibles) moyens sur la seconde qui suit la seconde qui précède. Poor Boy se développe ainsi en repoussant de note en note l’instant où l’émotion se libère. Comme pour un précipité nuageux, on voit ainsi le temps s’écouler et former dans le creuset du morceau des motifs ouateux et doux comme des animaux en peluche. Le nouvel album sortira chez Wool Recordings, ce n’est pas tout à fait un hasard. La musique de Rabeyrolles est aussi irrésistible que votre vieux pull préféré.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Peter Perrett / Humanworld
[Domino Records]

Il faut bien considérer cela comme un miracle. Peter Perrett est revenu...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *