French Cowboy & The One galoche l’électro-punk

French Cowboy & The One - EmbrasseOn peut continuer de sourire avec Philippe Katerine mais on peut aussi préférer, dans un genre proche mais qui se situe souvent à l’opposé de la comédie, les approches musicales souvent décalées, expérimentales et radicales de l’ancien Little Rabbits Federico Pellegrini. Cela tombe bien car son groupe French Cowboy & The One reprend du service avec l’annonce d’un nouvel album, AF, le 7 février 2020.

Pour attendre jusqu’à cela (oui, c’est loin), le groupe de Pellegrini et Pifeteau (le batteur chevelu, lui aussi ancien des Rabbits) a présenté un nouveau single, Embrasse, qui fait office de carte de visite pour le projet. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que French Cowboy ne semble pas décidé à aller taquiner le grand public. Le grain est épais, le clip en noir et blanc; le morceau évolue entre électro-punk à la Suicide (du rythme, un rythme, quel rythme?) et trap music de backroom.

L’ensemble est emballant et glauque à la fois, la musique ajoutant à l’oppression monomaniaque de l’invite : Embrasse moi. Ce n’est pas que l’ambiance soit mauvaise ou que les soupirants nous déplaisent, mais la tension est palpable et renforcée par la tenue des musiciens. Est-ce bien raisonnable d’entamer une liaison sérieuse dans cette discothèque ? Le titre est dansant et idéal pour habiller les samedis soirs, du pur French Cowboy, subversif et transgressif mais sans outrance apparente, comme s’il s’agissait de suggérer le malaise et la tension sans les mettre pleinement en sons. La tracklist du disque qui comportera onze plages indique que AF devrait se situer dans ce territoire électro, répétitif et transe. C’est ce qu’on déduit de pièces appelées Disco Flash, QVVDM ou encore Danser.

Le groupe démarre le 27 septembre une tournée de quelques mois dans tout le pays. Cela démarre au Havre et ça se termine pour le moment fin décembre à Vendôme, en attendant d’autres dates sûrement.

Réalisation du clip : Clovis Le Pivert.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Girls don’t cry : la vie se sépare aussi de Chet JR White

La plage 3 de leur album Father, Son, Holy Ghost s’appelait Die....
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *