Nation Of Language sur les pas des parrains de la synthpop

Nation of Language par Kevin Condon
Crédit : Nation of Language par Kevin Condon

Si ces trois-là avaient eu vingt ans au début des années 80, il est fort à parier qu’ils auraient pu légitiment prétendre éveiller l’intérêt d’un directeur artistique d’une « major compagny » comme Virgin ou EMI. Et si les astres s’étaient alignés, Nation Of Language aurait pu faire la première partie de la tournée d’Orchestral Manœuvres In The Dark, Soft Cell ou Talk Talk. Voire même The Blue Nile, ils auraient probablement séduit le public de ces références de la synth-pop.

Mais l’industrie du disque est morte de belle lurette, les codes ont changé et le trio en a pris son parti. Plutôt que d’essayer de trouver une structure capable de lui allouer un peu de fonds pour assurer l’enregistrement, la production et la promotion de sa musique, Nation Of Language préfère se débrouiller par ses propres moyens. En seulement quatre ans d’existence, ils ont ainsi pu déjà réaliser nombre de singles numériques (disponibles sur leur Bandcamp), un joli quarté de vinyles 7″ et un premier album Introduction, Presence (2020) qu’on découvre sur le tard, mais fort réussi. En session de rattrapage de cette période très prolifique, on vous invite à écouter l’addictif titre Wall & I ci-dessous.

Mais déjà les Américains, emmenés par le charismatique chanteur Ian Devaney, annoncent un deuxième album, A Way Forward (toujours autoproduit). Même si le disque ne sera disponible que début novembre (patience donc !), trois nouvelles chansons sont d’ores et déjà diffusées, dont This Fractured Mind qui s’ouvre sur un adagio synthétique qui vrille le cerveau (et rappelle bougrement OMD). Au début, on trouve ça sympathique, gentiment suranné, mais est-ce la sincérité du chant ou le vertige qui saisit la mélodie au détour d’un break rythmique, mais toujours est-il qu’on ne s’en dépêtre plus.

Lire aussi :
Nation Of Language au turbin

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Ecrit par
More from Denis
Là où ciel et horizon se confondent avec Yellow6
Il serait exagéré de prétendre que toutes les productions de Yellow6 sont...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.